Haiti

Haïti : L'ONU lance un appel à l'aide internationale après un séisme meurtrier

Format
News and Press Release
Source
Posted
Originally published
Origin
View original
13 janvier 2010 - Le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a lancé mercredi un appel pressant à la communauté internationale pour qu'elle vienne en aide à Haïti à la suite du séisme de grande ampleur qui a dévasté la capitale Port-au-Prince mardi.

Les bâtiments et les infrastructures de la ville ont gravement souffert tandis que les services essentiels - eau, électricité - ne sont pratiquement plus assurés. Le bilan des victimes est encore impossible à établir, a indiqué M. Ban devant la presse.

En milieu de journée, la Mission des Nations Unies pour la stabilisation en Haïti (MINUSTAH) a précisé que le Palais national, la cathédrale et d'autres édifices publics importants avaient été détruits. Les hôtels, les hôpitaux, les écoles, la prison de Port-au-Prince ont subi des dégâts importants.

La MINUSTAH estime que le nombre de victimes est impossible à estimer mais qu'il très important. Plusieurs dizaines de milliers de personnes, si ce n'est plusieurs centaines de milliers sont confrontées à la destruction totale ou partielle de leur habitation.

« Il ne fait aucun doute que nous sommes face à une urgence humanitaire majeure et qu'un effort équivalent en matière de secours s'avère nécessaire », a déclaré M. Ban. Remerciant les pays qui ont déjà annoncé des actions en faveur d'Haïti, il a appelé le monde « à venir en aide à Haïti en cette heure de grande nécessité ».

L'ONU mobilise pour sa part une équipe d'urgence pour coordonner les secours humanitaires. Elle devrait être sous peu sur le terrain.

Entre une cinquantaine et une centaine d'employés des Nations Unies en Haïti sont portés disparus dont le Représentant spécial du Secrétaire général Hédi Annabi. L'hôtel Christopher qui héberge les bureaux de l'ONU s'est effondré. « De nombreuses personnes sont prises au piège », a précisé M. Ban.

Celui-ci a indiqué être en étroite consultation avec plusieurs gouvernements dont celui d'Haïti et des Etats-Unis.

Des casques bleus brésiliens de la MINUSTAH ont travaillé toute la nuit pour dégager des victimes. De nombreux blessés graves ont pu être secourus et conduits dans la base logistique de la mission qui est intacte.

Le Secrétaire général adjoint aux opérations de maintien de la paix, Alain Le Roy, a déclaré toutefois à la presse que moins d'une dizaine d'employés de l'ONU avaient pu être tirés des décombres de l'hôtel Christopher, certains d'entre eux étant décédés.

L'hôtel Montana, où sont logés des employés de l'ONU, s'est aussi effondré, a précisé l'administratrice du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), Helen Clark. Elle a indiqué que 38 employés du PNUD étaient portés disparus.

M. Ban a annoncé qu'il dépêchait son ancien représentant en Haïti, Edmond Mulet, et actuel numéro deux des opérations de maintien de la paix pour évaluer les besoins. Le Fonds central d'intervention d'urgence (CERF) débloque immédiatement dix millions de dollars.

La première priorité va aux recherches et aux secours » avec des équipes qui doivent arriver de Chine, des Etats-Unis, de France et de la République dominicaine voisine, a précisé de son côté le Secrétaire général adjoint aux affaires humanitaires et Coordonnateur des secours d'urgence, John Holmes.

La MINUSTAH, qui a été créée en 2004, dispose de 9.000 personnels militaires et de police sur place ainsi que de 2.000 employés civils. Quelque 3.000 casques bleus et policiers de l'ONU se trouvent dans la région de Port-au-Prince où leur rôle sera de maintenir l'ordre et de participer aux efforts de secours. Ils ont commencé à dégager les principales artères de la capitale.

« Mes pensées et mes prières sont avec le peuple d'Haïti. Mon bureau à l'ONU et l'ensemble du système des Nations Unies suivent la situation et nous sommes prêts à faire le maximum pour assister le peuple d'Haïti dans ses efforts de secours, de reconstruction et de redressement », a déclaré l'ancien président américain Bill Clinton, Envoyé spécial du Secrétaire général pour Haïti.