Haiti

Haïti : Les FPU sénégalais mènent des activités humanitaires à Cité militaire

Source
Posted
Originally published
Le contingent sénégalais de la Mission des Nations Unies pour la Stabilisation en Haïti (MINUSTAH), parallèlement aux activités de sécurité, effectue quotidiennement des actions humanitaires à l'endroit des populations de Cité militaire et de Village solidarité (Nord de Port-au-Prince) où se trouve son Quartier général. Des habitants aux conditions économiques précaires bénéficient des consultations et de médicaments offerts gratuitement, des repas chauds ainsi que des produits alimentaires.

Du lundi au vendredi, l'hôpital de niveau I mis en place pour les besoins des agents de l'Unité de police Constituée (FPU) sénégalaise, étend ses services aux riverains. Le personnel médical, fort de cinq membres, offre chaque jour des consultations à une trentaine de personnes. Cette activité a débuté en Août 2005. De mars 2006 au 24 avril 2007, plus de 4.000 patients, majoritairement des femmes et des enfants, ont eu droit à des consultations gratuites.

« Dès notre arrivée en Haïti, nous avons initié une politique de prise en charge médicale », a signalé le chef du contingent, le Lieutenant-colonel Hassan Diouf. Les principaux cas reçus concernent surtout des enfants en proie à des infections virales ou des adultes atteints d'autres types d'infection. Les FPU prennent aussi en charges les personnes blessées par balles ou à l'arme blanche ou des victimes d'accidents de la route. «Lorsque les cas nécessitent des interventions chirurgicales, ils sont transportés à l'hôpital de l'Université d'Etat d'Haïti », a fait remarquer Dr Aminata Nakoulima, médecin chef de l'hôpital.

L'intervention des FPU au niveau de la santé se situe dans le prolongement de ce que l'armée a l'habitude de faire au Sénégal. «Même si nous sommes en mission, nous continuons de mener nos actions habituelles », a déclaré Dr Nakoulima. « Conformément à notre concept armée/nation, les militaires doivent effectuer des actions de développement en dehors des activités de sécurité. Ainsi viennent-ils en renfort aux médecins civils en offrant des consultations à la population», a ajouté le Lieutenant-colonel Diouf.

Par ailleurs, les casques bleus sénégalais partagent, avec la population, leur ration alimentaire. Trois fois par jour, lors de leur repas, ils distribuent des plats de nourriture à des habitants du quartier. En outre, ils offrent régulièrement des produits alimentaires aux riverains, à des orphelinats ainsi qu'à des œuvres de bienfaisance.

Les FPU sénégalais travaillent de concert avec la police nationale d'Haïti (PNH) dans des patrouilles fixes ou mobiles, dans les contrôles de foules lorsqu'il y a de grands rassemblements. Ils assurent la garde des points sensibles ou la sécurité de personnalités. Ils interviennent également dans des opérations combinées appuyant la PNH ou en renfort aux militaires dans des opérations nécessitant l'établissement de périmètres de sécurité.

Le Lieutenant-colonel Diouf, qui arrive au terme de sa mission en Haïti, s'est montré satisfait de l'apport des casques bleus sénégalais à l'amélioration des conditions sécuritaires. « Je suis arrivé en Haïti à un moment où la situation sécuritaire était délétère. Elle est maintenant très différente. Je suis, à l'instar de la MINUSTAH et des autorités haïtiennes, satisfait des prestations des hommes placés sous mon contrôle», a-t-il noté.