Haiti

Haïti : Le site de l'Ecole « La Promesse » bientôt déblayé

Source
Posted
Originally published
Origin
View original
Les espoirs de trouver des survivants à l'écroulement de l'école « La promesse » sont devenus maintenant quasiment nuls. Les secouristes ont entamé, le 11 novembre, une nouvelle étape de leur travail : le déblayage du site.

Dans son effondrement, dans la matinée du vendredi 7 novembre à Nerette, un quartier pauvre de Pétion-Ville, l'école «La promesse» a occasionné la mort d'une centaine de personnes, majoritairement des écoliers, selon un dernier bilan.

Cinq jours après, les sauveteurs ne gardent plus aucun espoir de retrouver des survivants. Aussi, le mardi 11 novembre, s'est amorcée une nouvelle étape de leur travail, la démolition et le déblayage du site.

« Nous avons procédé à l'inspection des décombres avec des chiens, des caméras et d'autres équipements et nous n'avons pas constaté de survivants », a indiqué Gaël Painson, Coordonnateur, pour le Gouvernement haïtien, des travaux sur le site du désastre.

Mais, pour cette nouvelle étape, des mesures préventives s'imposent. « Le bâtiment est friable et des glissements peuvent se produire à n'importe quel moment », comme le souligne M. Painson. Le Coordonateur national explique également qu' « avant de procéder à la démolition de la construction, il est nécessaire d'évacuer la population vivant dans des maisons situées à proximité du bâtiment scolaire ».

L'opération d'évacuation, qui a débuté l'après midi du mardi 11 novembre, doit toucher au moins les cinq maisons entourant le bâtiment effondré. Les résidents seront pris en charge par la Protection Civile. « Ces personnes recevront de la Protection civile un certain encadrement. Ils devront rester hors de leur maison durant sept jours comme cela leur a été demandé », de l'avis de Nadia Lochard, responsable de la direction de la Protection civile de l'Ouest.

Des mesures de sécurité sont aussi mises en place pour empêcher aux curieux et aux riverains de s'aventurer sur le site. Pour traverser le périmètre de sécurité établi par les Forces de l'ordre, il faut une carte d'accès. Cette décision qui n'est pas toujours comprise, crée un état de tension latente. «Comment voulez-vous que je montre une carte pour rentrer chez moi », s'indigne un jeune homme après s'être vu interdire la pénétration du périmètre de sécurité.

De la solidarité internationale à l'égard d'Haïti

A l'annonce du drame un véritablement mouvement de solidarité internationale s'est manifesté en faveur d'Haïti. Moins de 24 heures après le tragique incident, des sapeurs pompiers français étaient venus de la Martinique prêter main forte à leurs homologues haïtiens.

«Nous sommes venus avec plus d'une tonne de matériel, tel que du matériel de découpe, de recherche acoustique, de percement, de levage », a indiqué le capitaine Pépin Rossely, chef de l'équipe des sapeurs pompiers français. Les 15 membres de l'équipe devraient quitter Haïti le jeudi 13 novembre.

Les Etats-Unis d'Amérique ont également dépêché sur place des experts ainsi que des équipements pour participer aux recherches. Près de 50 Américains participent à cette mission. Une partie de l'équipe américaine quittera le pays prochainement alors que des conseillers techniques resteront sur place. Une équipe d'experts canadiens est également sur les lieux du drame.

Par ailleurs, des messages de condoléances adressés au gouvernement et aux familles par des responsables étrangers ont afflué. Le Vatican, les Nations Unies et l'Organisation des Etats Américains (OEA), ont manifesté leurs sympathies envers Haïti.

Pour sa part, le gouvernement dominicain a décrété ce mardi jour de deuil dans toutes les écoles de la République voisine en solidarité avec Haïti. La France a, de son coté, annoncé le décaissement d'une aide d'urgence de 20.000 euros pour contribuer à reconstruire l'école Promesse Evangélique.

En Haïti, la mairie de Pétion-Ville a décrété mardi et mercredi journées de deuil. Selon une source digne de foi, le jeudi 13 novembre sera décrété jour de deuil national.

Avec la poursuite des travaux de démolition et de déblayage, le bilan risque de s'alourdir. Les autorités et les familles s'activent en vue de l'organisation, le jeudi 13 novembre, d'une cérémonie œcuménique à la mémoire des disparus.

L'Etat haïtien apporte un soutien aux familles des victimes qui recevront chacune une enveloppe d'au moins 75 mille gourdes. Ce montant leur sera remis dans la journée du mercredi 12 novembre.