Haiti

Haïti : le défi humanitaire post-séisme

Format
News and Press Release
Source
Posted
Originally published
Origin
View original
Lors d'une rencontre avec la presse, ce 16 janvier 2010, le Représentant spécial par intérim du Secrétaire général des Nations Unies, Edmond Mulet, et la Coordinatrice humanitaire et représentante résidente du PNUD, Mme Kim Bolduc, ont fait part des efforts déployés en vue de porter assistance à la population éprouvée d'Haïti.

Aux cotés du Gouvernement, la communauté internationale met tout en œuvre pour faire parvenir l'aide humanitaire aux rescapés. Et l'une des résolutions pour y parvenir, la mise sur pied d'un mécanisme de coordination de l'aide humanitaire, conjointement avec les Organisations Non Gouvernementales. Il s'agira en effet d'identifier les différents axes d'intervention, mais également de déterminer les responsabilités des principaux acteurs impliqu és.

« Même affaiblie, la MINUSTAH est opérationnelle », a fait valoir le chef a.i. de la MINUSTAH, ajoutant que les forces de la MINUSTAH évoluent en étroite collaboration avec la Police Nationale d'Haïti (PNH), dont les agents sont aussi tres affectés par le désastre, aussi bien en termes de pertes en vies humaines qu'en dégâts matériels.

Comme le souligne Kim Bolduc, la distribution de l'aide alimentaire est à son troisième jour. « 50 sites de distribution sont déjà identifiés » . Le processus d'identification des sites de distribution se poursuit avec des équipes de l'OCHA qui sont à l'œuvre sur le terrain. Et entre autres besoins identifiés, « les abris provisoires, la logistique, les vivres et l'eau potable ».

Se prononçant sur les opérations de sauvetage, le chef de la MINUSTAH a précisé que « compte tenu de nombre très élevé de décombres à fouiller, la priorité est accordée aux sites sur lesquels il y a signe de vie ».

Egalement soulignée au cours de la conférence de presse, la collaboration entre les troupes américaines et les casques bleus en vue d'optimiser les efforts relatifs à l'assistance humanitaire. Et dans ce cadre, « près de 3500 de militaires américains seront bientôt déployés en Haïti. Un document, en cours d'élaboration, mettra en lumière les responsabilités des différentes parties impliquées. En outre, seront désignés des officiers de liaison de part et d'autre, chargés de faciliter ladite collaboration. »

Une préoccupation relative à la sécurité. Elle fait suite à l'évasion du pénitencier nationale de tous ses occupants. « Il s'agit d'un problème additionnel qui est pris tres au sérieux», reconnait Edmond Mulet, qui dit prendre au sérieux ce volet de la situation. La crainte soulevée est que les bandits aujourd'hui disséminés au sein de la population se reconstituent en gangs dans un moyen terme, mettant ainsi en cause les acquis sécuritaires. Mais pour l'heure, la priorit é, c'est l'aide humanitaire.

Et c'est dans ce cadre que s'inscrit la visite qu'effectuera, demain 17 janvier, le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon en Haïti. Avec lui, des responsables de l'OCHA, du PNUD et du Département du Maintien de la Paix de l'ONU, entre autres.

Rédaction : Uwolowulakana Ikavi