Haiti

Haïti : La MINUSTAH construit la clôture de l'hôpital Sainte Thérèse de Miragoâne

Format
News and Press Release
Source
Posted
Originally published
Grâce à un Projet à Impact Rapide (QIP) de la Section des Affaires Civiles de la MINUSTAH, financé à hauteur de 407.394 gourdes, l'hôpital Sainte Thérèse de Miragoâne (dans la région sud d'Haïti) dispose désormais d'une clôture. Les quelque 276.000 habitants de la zone peuvent désormais bénéficier d'un environnement assaini, sécurisé et respectant les normes sanitaires.

Les travaux de construction de la clôture de l'hôpital Ste. Thérèse de Miragoâne ont démarré en octobre 2006. La cérémonie d'inauguration a eu lieu, le 5 juin, en présence des autorités civiles et policières de la région, du personnel de l'hôpital et des représentants de la MINUSTAH.

Pour la circonstance, le Directeur de l'hôpital, Jean Jacques Laroche, a rappelé que «ne disposant pas de clôture, l'hôpital était autrefois régulièrement envahi par des animaux domestiques qui éparpillaient les déchets sanitaires dans la cour». Il s'est également réjoui du fait que « maintenant, avec l'appui de la MINUSTAH, la cour est sécurisée et les patients vivent dans l'ambiance d'intimité digne de tout hôpital».

L'hôpital Ste. Thérèse est l'unique centre hospitalier dont dispose le département et abrite les services de médecine générale, de pédiatrie, de maternité, de consultations d'urgences et de chirurgie. Aussi la clôture de la cour était-elle considérée comme une nécessité par les nombreux patients du centre de santé.

«On se félicite tous de l'achèvement de ces travaux. Les immondices siégeant longtemps dans la cour constituaient, entre autres, un foyer d'infection pour les patients ; mais tout est à présent terminé », se réjouit Evelyne Pierre, une patiente qui suivait la cérémonie d'inauguration en attendant sa consultation.

Pour Claudine Felix Destin, infirmière dans ledit hôpital, «la MINUSTAH devrait rester dans le pays afin de continuer à accompagner l'Etat et la population haïtienne à résoudre certains de leurs problèmes majeurs ».