Haïti : La criminalité et la prévention de la violence au menu d'un atelier

Report
from UN Stabilization Mission in Haiti
Published on 19 Jun 2007
Le 19 juin, a eu lieu, à Port-au-Prince, un atelier sur le thème : « criminalité, corruption et prévention de la violence des gangs ». La rencontre s'est déroulée en présence du Premier ministre Jacques Edouard Alexis, du Secrétaire d'Etat à la Sécurité publique, Luc Eucher Joseph, du Représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies en Haïti, Edmond Mulet, et du président de la Commission nationale de désarmement, démantèlement et Réinsertion (CNDDR), Alix Fils-Aimé.

Tenue à l'initiative de l'organisation « Conflict Prevention and Peace Forum », cette rencontre a réuni nombre d'universitaires et d'experts haïtiens et étrangers. Ceux-ci ont eu à échanger sur les sujets suivants : « Haïti aujourd'hui : les défis », « Haïti dans le contexte régional : crime, violence et le développement», « Gangs, les jeunes et la prévention de la violence : une perspective comparative » et « l'arrêt du cycle de violence en Haïti ».

Les autorités haïtiennes s'attendent à ce que les conclusions et les suggestions provenant de cet atelier aident à faire avancer la lutte contre les crimes organisés. « Je veux croire que vos travaux aideront et guideront nos efforts et surtout qu'ils serviront d'outils additionnels au gouvernement et à la CNDDR pour une lutte toujours plus efficace contre les fléaux du crime organisé, de la corruption et des gangs armés », a fait remarquer le Premier ministre.

La cérémonie de lancement de cette activité a été aussi, pour M. Alexis, l'occasion de féliciter la Mission des Nations Unies pour la stabilisation en Haïti (MINUSTAH). « Il n'est pas inopportun de remercier la MINUSTAH qui a fourni une contribution significative aux résultats obtenus par la Police Nationale d'Haïti (PNH) dans sa mission de créer un environnement de paix et de stabilité ».

Pour le Premier ministre, « dans le domaine de la lutte contre le crime organisé et la prévention de la violence des gangs, la coopération entre la MINUSTAH et le gouvernement a eu pour effet une baisse significative de la criminalité et de la violence orchestrée par les gangs armés ». Il a ainsi renchéri : « je saisis cette occasion pour annoncer que la situation d'Haïti dans ces domaines est en voie d'amélioration constante »

Le Secrétaire d'Etat à la Sécurité publique s'est, aussi, montré optimiste quant à l'apport de cet atelier. « Il est certes important de combattre efficacement les gangs et les réseaux mafieux et criminels, mais c'est aussi fondamental de chercher à comprendre comment ils se sont constitués, leur fonctionnement, leurs mécanismes de recomposition...». Il a en outre signalé que les « réflexions et propositions qui résulteront de ces assises retiendront l'attention la plus soutenue du gouvernement »

Le Représentant spécial du Secrétaire général a abondé dans le même sens. En effet, a-t-il dit : « Si nos opérations ont permis d'arrêter des chefs de gang, il faut maintenant que nous trouvions une solution pour démanteler définitivement leur structure mais également pour éliminer les conditions qui ont favorisé leur émergence. Je suis confiant que cet atelier pourra aboutir à des conclusions utiles à nous tous ».