Haiti

Haïti franchit « une nouvelle étape significative dans la lutte contre les gangs armés », selon l'ONU

Format
News and Press Release
Source
Posted
Originally published
P-au-P., 24 avr. 07 [AlterPresse] --- Les Nations Unies ont estimé que l'arrestation du chef de gang Pierre Belony le 21 avril dernier à St Michel de l'Attalaye (Nord) par la police « marque une nouvelle étape significative dans la lutte contre les gans armés » en Haiti.

La lutte contre les gangs « s'est intensifiée ces derniers mois en Haïti, avec le soutien de la Mission des Nations Unies pour la stabilisation en Haïti » (MINUSTAH), indique une dépêche du Centre de Nouvelles de l'ONU, parvenue à AlterPresse.

La MINUSTAH a fourni un soutien à la Police nationale pendant le transfert et la détention de Pierre Belony dans les quartiers généraux de la police judicaire de Port-au-Prince. Il doit répondre d'accusations de meurtres et d'enlèvements..

Pierre Belony était en fuite depuis la fin du mois de février, lorsque les forces de la MINUSTAH et de la police ont pris le contrôle de ses bastions dans Cité-Soleil (périphérie nord de la capitale).

L'arrestation de Bélony porte à 5 le nombre de chefs de gangs interpellés par la police haïtienne et les soldats onusiens depuis le lancement d'une vague d'opérations militaires et policières dans le bidonville de Cité Soleil.

Johnny Pierre Louis, alias Ti Bazil, est le premier de ces gangs à être neutralisé par les forces de l'ordre. Son arrestation a eu lieu dans la soirée du 18 février 2007, alors que des milliers d'Haïtiens participaient aux festivités carnavalesques.

Johnny Pierre Louis était considéré comme le lieutenant du chef de gang Evens Jeune, alias Ti Kouto, qui a été arrêté le 13 mars 2007, dans la commune des Cayes, dans le département du Sud. Depuis son transfèrement à Port-au-Prince dans l'après-midi du même jour, Evens Jeune a déjà été présenté au Parquet près le tribunal civil de la capitale où il a répondu aux questions d'un juge en charge de son dossier.

Début avril 2007, les chefs de gangs, comme Alain Cadet, alias Pinochet, (lieutenant de Bélony) et William Baptiste, alias Ti Blanc, ont été eux aussi épinglés durant la fête de Pâques.

Les autorités policières sont toujours aux trousses d'autres bandits, comme les nommés Jean Tony, Yoyo Piman, Wilson, Amaral Duclonat, Blade Nazon.

Un message télévisé, montrant la photographie de ces chefs de gangs, passe depuis plusieurs semaines sur les chaînes hertziennes de télévision de la capitale haïtienne, invitant la population à collaborer avec les forces de l'ordre en vue de l'arrestation de ces hommes.

[gp apr 24/04/2007 09:00]