Haiti

Haïti : Entre reconstruction et vulnérabilité

Source
Posted
Originally published
Plus de quarante jours après les quatre ouragans, cyclones et tempêtes qui ont durement frappé Haïti, le pays tente tant bien que mal de se remettre sur pied. Fin août et début septembre, des vents violents et des inondations ont entraîné la mort de plus de 700 personnes et laissé 800 000 habitants en attente de secours.

Depuis, Développement et Paix a versé 270 000 $ à trois projets, notamment dans la région sinistrée des Gonaïves. Ces projets, gérés par Caritas Haïti, Famn Deside et le Mouvement paysan de Papaye, atteignent au moins 35 000 Haïtiens et se concentrent sur la distribution de l'aide d'urgence et les initiatives de reconstruction, dont un appui à la production agricole.

Les tempêtes de la fin de l'été ont détruit 60 % des cultures du pays, ce qui fait craindre l'explosion de situations de famine au cours des prochains mois. La déforestation à grande échelle et l'extrême pauvreté de la population rendent Haïti très vulnérable lors de tempêtes tropicales.

« La population fait face à cette nouvelle crise avec beaucoup de courage et bien peu de moyens. Le pays a besoin d'une aide beaucoup plus grande de la communauté internationale », lance Anne Catherine Kennedy, chargée de programmes pour Haïti.

« Après l'ouragan Jeanne de 2004, rien n'a été fait pour résoudre les problèmes environnementaux qu'affronte le pays. Si la communauté internationale n'intervient pas pour aider Haïti à faire face à de tels désastres naturels, cette situation se répètera de nouveau », craint-elle.

Développement et Paix accepte les dons du public afin de soutenir les projets de reconstruction en Haïti.