Haiti

Haïti : Dialogue franc entre ONG et société civile dans les Nippes

Source
Posted
Originally published
Origin
View original
A l'initiative du Centre Multimédia de Miragoâne, les responsables des organisations non gouvernementales des Nippes ont rencontré les représentants des différentes associations de la société civile et de la presse locale. Une rencontre qui a donné lieu à un « dialogue franc » entre les différents acteurs.

Cette rencontre a rassemblé plus d'une quarantaine de participants. Son objectif était de rendre plus visible ce que font les ONG sur le terrain et de mieux se renseigner sur leur méthode de travail ainsi que leur zone et leur champ d'intervention.

La rencontre a débuté par des échanges autour d'un document relatif aux objectifs du millénaire et du Document de Stratégie Nationale pour la Croissance et la Réduction de la Pauvreté (DSNCRP). Parmi les organisations ayant animé le débat et permis à l'assistance d'avoir des informations de première main, figurent la Caritas, l'Oxfam GB et le Projet au Développement Local et à l'Agroforesterie des Nippes (PADELAN).

C'est à partir De l'avis de Gilles Rony et Jean Baptiste Jean Renel, « de 1975 à 1988, la Caritas Sud/Nippes a travaillé dans le domaine de l'urgence. A partir de cette date, elle intervient dans les domaines relatifs au développement tels l'agriculture, l'irrigation, la santé et l'assainissement ».

Présentant par ailleurs la Caritas, l'ingénieur Jean Renel Jean Baptiste, qui y travaille à titre de responsable des infrastructures, a signalé qu'il s'agit d'une « organisation charitable de l'église catholique, présente là o=F9 il y a un diocèse ». Et M. Jean Baptiste d'ajouter : « ce que nous avons déjà réalisé dans nos sphères d'intervention représente une fraction des projets que nous avons à exécuter ».

Pour sa part, le Coordonnateur départemental de l'Oxfam GB, l'agronome Max Astier, a expliqué le programme d'urgence mis sur pied pour le département, tout en précisant que l'organisation intervient notamment en cas d'incendies, de guerres et des catastrophes naturelles comme des cataclysmes et des inondations.

« L'Oxfam GB n'est pas une organisation de développement », a en effet avancé M. Astier. Plus loin, il a exhorté les responsables des associations présentes à travailler dans la promotion d'une campagne massive sur le reboisement, afin de prévenir de pertes en vies humaines et au niveau de l'environnement

Quant au conseiller en développement local du PADELAN, Merise Volmy, il a expliqué que l'organisation détient une forte présence dans trois communes du département des Nippes, qui sont Petite Rivière, Paillant et Anse à Veau. Elle est financée par Oxfam Québec et a un agenda exécutable sur une période de 5 ans.

Le PADELAN est très actif sur le terrain. Réduction de la pauvreté, gestion du programme de développement, renforcement des capacités des organisations locales en partenariat avec le ministère de l'Agriculture, amélioration fruitière, aménagement des micros bassins versants, sont entre autres domaines d'intervention.

Au cours du débat très animé ayant marqué cette rencontre, certaines associations ont été très critiques à l'égard des ONG par rapport à leurs interventions lors des dernières intempéries. Elles ont qualifié de partisane, la gestion de l'aide humanitaire dans le département car, souligne-t-elles, « les sinistrés n'ont pas été les vrais bénéficiaires ».

De leur côté, les ONG ont avancé des preuves montrant que la distribution avait été effectuée à partir des listes de distribution fournies par les autorités. Elles ont promis tout de même d'effectuer « une contre-vérification afin d'identifier ces problèmes et de remédier à la situation ».

Cette rencontre s'inscrit dans le cadre d'un projet initié par le Centre Multimédia et dont l'objectif est d'instaurer la pratique d'un dialogue communautaire entre les dirigeants et les dirigés du département des Nippes.