Haiti

Haïti : Campagne de droit d'accès à l'eau potable à Hinche

Source
Posted
Originally published
Origin
View original
A l'instar des autres départements du pays, Hinche bénéficie d'une campagne de droit d'accès à l'eau potable. Initiée depuis le vendredi 10 octobre au Centre Multimédia de la MINUSTAH par la Section des droits de l'homme de la Mission, cette activité a été, entre autres, l'occasion de sensibiliser la population et le gouvernement haïtiens sur l'accès à l'eau potable comme un droit de l'homme, donc porteur en conséquences des droits et obligations.

A travers cette compagne, il s'agit également question de faire un plaidoyer pour la ratification par Haïti du pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels. Des autorités locales et une quarantaine de représentants d'associations engagées dans cette campagne y ont pris part.

L'activité a débuté par une mise en contexte de la campagne par le responsable de la Section des droits de l'Homme à Hinche, Dieudonné Munyinga, qui en précisé aussi l'objectif. «Il s'agira d'obtenir des acteurs gouvernementaux au niveau communal, départemental et national que des actions spécifiques soient entreprises, en particulier, la ratification du pacte international des droits économiques, sociaux et culturels », signale-t-il.

M. Munyinga a par ailleurs ajouté : « il s'agira aussi d'obtenir du gouvernement d'Haïti et des autres agences des Nations Unies qui interviennent dans le domaine de l'accès à l'eau, l'augmentation de leur quote-part pour faciliter l'accès à l'eau potable à toute la population haïtienne ».

Dans le cadre de cette campagne, plusieurs intervenants ont mis l'accent sur les multiples difficultés auxquelles chaque Haïtien doit faire face pour accéder à l'eau potable. Seulement 3% de la population parviennent à consommer de l'eau potable fiable sur tout le territoire.

Pour sa part, le chef régional par intérim de la MINUSTAH au Plateau Central, Pierre Ubalijoro, a fait remarquer au cours de son intervention que «le droit à l'eau demeure un rêve pour bon nombre d'Haïtiens qui sont obligés de parcourir des kilomètres pour s'approvisionner en eau».

Quant à Me Franklin Charles, membre de la Section des droits de l'Homme, il a mis en exergue l'existence d'un certain cadre légal national prônant l'accès à l'eau potable. Toutefois, il a insisté sur le fait que Haïti doit ratifier le pacte international relatifs aux droits économiques, sociaux et culturels, en vue d'assurer à chaque haïtien l'accès à l'eau potable.

Aimé Kakolo, également de la Section des Droits de l'Homme, a présenté de manière succincte le pacte international de droits économiques, sociaux et culturels. Son plaidoyer s'est porté directement sur la nécessité pour l'Etat haïtien de ratifier ce pacte.

Cette campagne a aussi permis à des acteurs de terrain de partager leurs expériences avec l'assistance. Ainsi, le coordonnateur régional de World Vision, Beaugé Yves Périclès, a présenté l'ensemble des réalisations de son institution en vue de faciliter, à la population, l'accès à l'eau potable. Il a expliqué que malgré la très forte disponibilité de l'eau au niveau du Plateau Central, cette eau n'est pas potable.

Le délégué départemental, Exersive Servil, qui participait au lancement de la campagne, s'est félicité de cette campagne qu'il qualifie de « nécessaire ». Aussi, a-t-il promis son concours pour le bon déroulement de la campagne. «Je prendrai toutes les dispositions aux fins d'une franche collaboration entre les acteurs nationaux et les responsables de la Section des Droits de l'homme de la MINUSTAH », a-t-il assuré.

Les participants applaudissent cette initiative de la Section des droits de l'homme. Ils estiment que la campagne a non seulement une portée éducative, mais surtout préventive. « Nous savons tous que l'eau se raréfie sur la planète. Autant que cette campagne nous informe sur nos droits, autant qu'elle met l'Etat face à ses responsabilités de garantir l'accès à l'eau potable à la population. L'Etat devra prendre du même coup des mesures pour garantir la pérennité de l'eau et protéger ainsi la santé de la population », a indiqué l'un des participants.

La campagne d'accès à l'eau portable a débuté le 10 octobre et s'achèvera le 10 décembre 2008, sur tout le territoire, à l'occasion de la célébration des 60 ans de la déclaration universelle des droits de l'Homme. La campagne sera réalisée conjointement avec le PNUD et le Ministère des Travaux publics, Transport et Communication (TPTC).