Haiti

Haïti : Aide Médicale Internationale (AMI), s'alarme de la recrudescence du nombre d'enfants dans les rues de Port au Prince et étend ses activités auprès de 1000 enfants supplémentaires

Source
Posted
Originally published
Face à l'incessante dégradation sanitaire et sécuritaire qui touche de plein fouet les enfants et jeunes vivant dans les rue de Port au Prince, Aide Médicale Internationale, seule ONG à aller directement à leur rencontre, annonce l'ouverture d'une seconde clinique mobile pour permettre à près de 1000 enfants supplémentaires d'accéder à des soins de santé primaire et à un suivi psychosocial personnalisé.

Paris, le 29 janvier 2007. Alors que la situation humanitaire ne cesse de se dégrader en Haïti, AMI s'alarme de la forte augmentation du nombre d'enfants des rues de Port au Prince. Selon deux enquêtes menées par nos équipes sur nos zones d'intervention en 2004 & 2006, leur population a augmenté de près de 65,6% passant de 1 396 à 2 129 individus avec une multiplication des lieux de regroupements. Livrés à eux-mêmes et sans aucune prise en charge, ils sombrent rapidement dans la délinquance et adoptent des comportements à risques pour leur santé physique et mentale.

Santé : Vivant en marge de la société et dans des conditions d'extrême précarité, la situation sanitaire ne cesse de se dégrader. Infections respiratoires, anémies, parasitoses intestinales, avitaminoses, maladies de la peau, infections et maladies sexuellement transmissibles, mais surtout pathologies traumatiques telle que blessures par armes blanches, les enfants des rues sont les premières victimes.

Toxicomanie : Une enquête approfondie sur la toxicomanie menée par nos équipes en juillet 2006 révèle des résultats L'ensemble des enfants interrogés a déclaré faire régulièrement usage de stupéfiants à titre individuel ou collectif. Quatre ans après l'enquête de la Commission Nationale de Lutte contre la Drogue, la situation n'a donc pas évolué. Marijuana, alcool, cocaïne, crack, solvants , et le redoutable « Juicy Lucy » (mélange de cannabis et de crack) [1], sont consommés dès le plus jeune âge, et en l'absence de cadre familial structurant, tous les moyens sont bons pour fuir la réalité et intégrer le groupe, nouvelle famille par défaut.

Sécurité : Ces derniers mois, la situation sécuritaire n'a eu de cesse de se dégrader à Port-au-Prince (kidnapping, braquages, agressions ne visant plus seulement les populations aisées). Stigmatisés, les enfants et jeunes des rues sont pris pour cible et subissent diverses exactions de la part de la police, des gangs, et de la population allant parfois jusqu'au meurtre. Un climat de panique a gagné progressivement la population.

Nos actions : A Port-au-Prince depuis 2004, nos équipes viennent en aide à près de 2 200 enfants suivant quatre volets d'intervention :

- Volet médical : Nos cliniques mobiles sillonnent les rues de la capitale haïtienne et permettent aux enfants et jeunes des rues d'avoir un accès à des soins de santé primaire et à un suivi médical adapté

- Volet prévention pour informer et sensibiliser sur les comportements à risque et leurs conséquences concernant la santé reproductive, la toxicomanie et le VIH-Sida

- Volet VIH-Sida : sensibilisation et prise en charge spécifique (dépistage volontaire, anonyme et gratuit, prophylaxie des infections opportunistes, accompagnement personnalisé)

- Volet psychosocial & éducatif : Alphabétisation, activités culturelles, ludiques et sportives afin de favoriser l'intégration des enfants des rues dans la société haïtienne

Note: [1] Selon notre enquête menée auprès de 183 enfants et jeunes des rues de Port-au-Prince, la marijuana représente 80% des drogues consommées, l'alcool 20%, la cocaïne 10% et les solvants 5%.