Haiti

Haïti à travers les yeux d'une citoyenne ambassadrice de l'ONU

Format
News and Press Release
Source
Posted
Originally published
Origin
View original
HaCitoyens ambassadeurs des Nations Unies est le titre attribué aux cinq lauréats d'un concours lancé par l'Organisation en prélude à son Assemblée générale, l'été dernier. Les candidats, citoyens du monde entier, avaient alors pour mission de réaliser une courte vidéo en répondant à la question : « si vous aviez l'opportunité de parler aux leaders du monde, que leur diriez-vous ?». Parmi les gagnants, Emily Troutman. Sa première destination, Haïti.

Photographe, vidéographe et journaliste américaine, Emily Troutman (30 ans) a bouclé du 6 au 23 décembre son premier séjour en Haïti, en tant que citoyenne ambassadrice des Nations Unies. Cette nouvelle distinction est décernée par l'ONU dans le cadre d'une campagne visant à encourager des hommes et des femmes à travers le monde à s'engager par rapport aux décisions prises au niveau mondial.

Quelque 400 personnes se sont ainsi adressées, à travers ce concours, aux chefs d'Etat et de gouvernement qui participaient à la 64e Assemblée générale des Nations Unies. Les 20 meilleures vidéos ont été visionnées par un panel composé de représentants du Bureau de l'Information des Nations Unies, du Bureau de Coordination des Affaires humanitaires, du Département des Opérations de Maintien de la Paix et du Programme des Nations Unies pour le Développement.

«Chaque jour, je veux que vous vous réveilliez en sachant que vous travaillez pour 6,7 millions de personnes, prises individuellement. Des gens avec des enfants, des rêves et des histoires », tel sont les propos, adressés aux leaders mondiaux, qui ont valu à Emily Trautman d'être retenue parmi les 5 lauréats du concours. Les autres finalistes proviennent du Mexique (Maricarmen Ortega), du Brésil (Breno Coelho) et du Canada (Kirsty Mattews et Jeremy Walker).

Entre autres mandats de ces lauréats, se faire le porte-parole des citoyens du monde en exprimant leurs préoccupations -via l'ONU- aux leaders mondiaux sur des sujets mondiaux d'importance. Et c'est ce qui a incité Emily Trautman à soumettre une vidéo à ce concours.

Selon elle, «les vrais changements ne peuvent survenir que par l'espoir et l'empathie, par la force et l'engagement, et aussi par l'écoute des autres ». Une opinion qui a pris tout son sens lors de son séjour en Haïti.

Dans le pays, cette citoyenne ambassadrice de l'ONU s'est rendue à Hinche (Centre) et aux Gonaïves (Artibonite), o=F9 elle a visité respectivement l'hôpital public et des projets de la MINUSTAH. «Ce sont des régions qui font face à d'importantes difficultés. Gonaïves, par exemple, au-delà des problèmes liés au passage des cyclones en 2008, doit surmonter d'autres défis comme la rareté d'eau et l'absence d'industrie », fait-elle savoir.

A Port-au-Prince, elle a échangé avec une vingtaine de membres du personnel local de la MINUSTAH. Avec eux, elle a parlé des Objectifs du Millénaire pour le Développement. Avec d'autres interlocuteurs, elle a abordé des questions liées à la création d'emplois et l'accès aux soins de santé.

La journaliste américaine fait valoir qu'Haïti a quelque peu modifié sa perception, notamment en ce qui a trait à la manière d'apporter de l'aide aux personnes dans le besoin. « J'ai parlé aux gens dans des salles de conférence comme dans la rue. Tous sont d'accord qu'il y a un décalage entre l'importance de l'aide et son impact dans le pays », fait-elle souligné. Déjà, ses différentes rencontres lui ont permis d'identifier certaines pistes relatives entre autres à la création d'emplois, la formation professionnelle et le transfert de compétences.

Mme Troutman a également profité de son séjour pour saisir en image quelques réalités d'Haïti. Aussi a-t-elle été impressionnée par la richesse de la culture haïtienne.

« Ce sont l'art et la culture qui m'ont le plus marqué. Il y a un message très fort qui est véhiculé à travers l'art en Haïti », a-t-elle confié.

« J'ai pu observer la persévérance, l'intégrité et une grande créativité au sein de la population ». Des qualités qui lui font croire à « un avenir meilleur du pays ».

De retour à New York, elle promet de faire écho aux Nations Unies de ce qu'elle a pu retenir de son voyage. Emily Trautman gardera son statut de citoyenne ambassadrice durant deux années. Durant cette période, elle continuera à visiter d'autres pays, écouter les populations et les informer sur le travail de l'ONU à travers le monde.

Rédaction : Hugo Merveille

Edition : Uwolowulakana Ikavi