Haiti

Gonaïves : La Cité de l’Indépendance fait progressivement peau neuve

Format
News and Press Release
Source
Posted
Originally published
Origin
View original

Débutés à la mi-août, trois projets d’infrastructures financés par la Section Réduction de la Violence Communautaire (RVC) de la MINUSTAH, mis en œuvre par l’Organisation Internationale pour les Migrations (OIM), transforment progressivement la Cité de l’Indépendance.

D’un montant total d’environ 460.000 dollars américains, il s’agit de travaux de canalisation de 600 mètres linéaires (157.800 dollars américains), de la construction de 15 ponceaux (181.000 dollars américains) et d’un projet de conservation du sol (120.700 dollars américains) qui, à terme, généreront 2.500 emplois directs. Ces trois projets devraient être achevés d’ici la fin de l’année 2011. La nécessité de tels ouvrages s’explique par les inondations qu’a connues la ville lors du passage en 2008 des ouragans Anna et Ike lesquels avaient provoqué la destruction ou l’endommagement d’un grand nombre de canaux et de ponceaux.

« Ces projets visent la réduction des risques d’inondations et la diminution de la violence communautaire par la création d’emplois, l’amélioration des conditions sanitaires de la communauté et le renforcement du réseau de drainage interne de la ville », a précisé le responsable régional de la section RVC dans l’Artibonite, Ibrahima Sylla.

Pour sa part, le maire des Gonaïves, Pierrelus Saint-Justin, a salué le « louable apport de la MINUSTAH » à sa commune.

« La mairie et les autres institutions étatiques participent non seulement à la supervision des travaux mais également à la conception des projets », a déclaré M. Saint-Justin.

L’exécution des travaux de canalisation en maçonnerie de roches par la Société d’Action en Développement et en Architecture (SADA) a débuté le 15 août des deux côtés de la rue Lozamar, une rue très fréquentée du centre-ville des Gonaïves. Ces travaux s’accompagnent d’un programme d’enlèvement de 12.000 mètres cubes d’ordures.

« Les ouvrages sont exécutés selon le normes », a assuré le responsable technique du projet, l’ingénieur Walny Promélus.

Concernant les 15 ponceaux qui doivent décongestionner la ville, leur construction a débuté le 20 septembre 2011. Chaque ponceau a une hauteur de 195 mètres, une largeur de 2 mètres 30 et sont longs de 10 mètres.

« Il est pratiquement impossible d’arriver au marché communal sans des multiples détours, ce qui rend le trajet deux fois plus long », a déploré Ronald Jean-Baptiste, un chauffeur de « taptap »-moyen transport en commun haïtien- qui attend impatiemment la fin de ces chantiers.

Pour ce qui est du programme de conservation du sol, il s’agit d’aménager des bassins versants avec des murettes en pierres dans la région de Bayonnais -troisième section communale des Gonaïves. «Cela m’a permis d’économiser une petite somme pour préparer la rentrée des classes », s’est réjoui Vénold Saint-Juste, chef d’équipe du projet de Bayonnais.

Rédaction : Jean-Etiome Dorcent Edition : Habibatou Gologo