Expulsion violente de milliers de déplacés du séisme à Petion-Ville

Report
from Groupe d'Appui aux Rapatriés & Réfugiés
Published on 25 Feb 2013

Le samedi 16 février 2013 à minuit, des bandits lourdement armés ont mis le feu au Camp de déplacés ACRA 2, situé tout près de l’Hôtel Caribe Convention Center à Juvénat dans la municipalité de Pétion-Ville à quelques kilomètres de la capitale haïtienne.

A noter que ce camp subissait depuis toujours des menaces. Ces plus de quatre mille victimes ont déclaré n’avoir nulle part où aller et dorment dans la rue ou sur les galeries des maisons, où elles sont confrontées au rejet des propriétaires. Selon les témoignages recueillis sur place, Le camp n’était pas entièrement consumé et les bandits sont revenus achever leur sinistre besogne au grand jour, le dimanche 17 février 2013. Le pire, ont ajouté ces déplacés-es, ils n’ont recu aucun secours même pas de la Police. Quand une brigade policière est arrivée sur les lieux, elle est partie aussitôt sans rien faire lorsque les bandits ont lancé des bouteilles dans leur direction, affirment des déplacés-es.

A présent, les familles se retrouvent dans le plus grand dénuement. Une déplacée, Dilia Marie, mère de 5 enfants dont un bébé d’un mois, Ismaella Cadet, a confié que c’est de justesse qu’elle a pu sauver le nouveau-né. Toujours selon les déplacés-es, trois personnes ont été atteintes par les flammes, parmi elles, un enfant.

Il convient de souligner que le Camp ACRA 2 a été incendié deux jours avant la tenue du Sommet de la CARICOM, à l’Hôtel Caribe Convention Center.

Ces plus de quatre mille déplacés-es du séisme connaissent une situation extremement difficile, et se retrouvent doublement victimes après le 12 janvier.

Jackson Doliscar / FRAKKA