Haiti

CONFÉRENCE DE PRESSE À PARTIR DE PORT-AU-PRINCE DE DEUX FONCTIONNAIRES DE LA MISSION DES NATIONS UNIES POUR LA STABILISATION EN HAITI (MINUSTAH )

Sources
Posted
Originally published
Origin
View original
Voir la vidéo (en anglais)

Communiqué de presse

Conférence de presse

Département de l'information - Service des informations et des accréditations - New York

Le Chef de l'information de la Mission des Nations Unies pour la stabilisation en Haïti (MINUSTAH), David Wimhurst, et la Représentante spéciale adjointe du Secrétaire général, Kim Bolduc, ont fait ce matin un nouveau point sur les pertes en vies humaines, les interventions humanitaires et l'état d'esprit de la population haïtienne, deux jours après le tremblement de terre qui a dévasté Port-au-Prince, la capitale, et les communes environnantes.

Lors d'une visioconférence organisée dans une annexe de la MINUSTAH près de l'aéroport de Port-au-Prince, les fonctionnaires de l'ONU ont annoncé qu'à ce stade la Mission déplorait la mort de quatre policiers, de 19 militaires et de 13 civils.

« Huit personnes qui étaient piégées dans les décombres du quartier général de la Mission, dont un membre de la sécurité et ressortissant estonien extrait du bâtiment tôt ce matin, ont pu être sauvées », a précisé David Wimhurst. Il a ajouté que 160 membres du personnel de l'ONU étaient toujours portés disparus, dont le Chef de la MINUSTAH, Hédi Annabi.

« Nous avons entamé une recherche ciblée des membres du personnel manquants, en envoyant des équipes à leur domicile pour voir s'ils s'y trouvaient au moment de la catastrophe, ce qui nous permettra, d'ici à vendredi, de déterminer avec certitude l'identité des malheureux piégés dans les décombres du quartier général de la Mission », a expliqué Mme Bolduc.

M. Wimhurst a indiqué que demain et après-demain, les équipes de secours internationales, équipées d'avertisseurs sonores et de chiens, s'efforceraient de retrouver des survivants dans les principaux bâtiments des Nations Unies totalement ou partiellement détruits par le séisme.

« À partir de ce week-end, la place devrait être laissée à des équipes dont la tâche sera de dégager les décombres avec des équipements lourds. Il est à craindre que c'est à ce moment-là que plusieurs corps seront retrouvés », a-t-il averti.

Kim Bolduc a souligné que les distributions d'eau et de nourriture allaient débuter aujourd'hui. « Les équipes du Programme alimentaire mondial (PAM) et d'organisations non gouvernementales (ONG) humanitaires seront escortées par des Casques bleus », a-t-elle précisé.

S'agissant de l'appel éclair que devrait lancer demain par le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA), Mme Bolduc a déclaré que cette initiative devra permettre, dans un premier temps, d'aider pendant un mois « plus d'un million de personnes ».

Les deux fonctionnaires de l'ONU ont ensuite décrit « une ville-fantôme et une population totalement démunie ». « Les gens en sont réduits à dormir dehors, à côté des corps de leurs proches, morts ou blessés, par crainte de se retrouver avec, sur la tête, un toit qui pourrait de nouveau s'effondrer », a raconté Mme Bolduc.

« Ce qui nous a frappés depuis notre dernier tour dans la ville, qui, du fait du nombre de personnes dans les rues, est difficilement praticable, c'est que la tension monte ». Les gens, a-t-elle expliqué, ont faim et soif et se demandent quand les corps seront ramassés.

Des pillages ont même eu lieu dans un supermarché du centre-ville aux trois-quarts détruit, a ajouté David Wimhurst. Les policiers haïtiens ayant « disparu », les contingents de l'ONU ne sont plus suffisants pour maintenir l'ordre dans la capitale. Le commandant de la force de la MINUSTAH pourrait redéployer à Port-au-Prince et à Jacmel, des Casques bleus basés à Gonaïves.

Mme Bolduc a confirmé que le Gouvernement haïtien avait essuyé de très lourdes pertes. L'arrivée de M. Edmond Mulet, Sous-Secrétaire général aux opérations de maintien de la paix, et de son équipe devrait permettre à l'ONU, aux côtés des autorités nationales, et appuyée par la communauté internationale, de prendre en main la gestion de la crise, a prévu Mme Kim Bolduc.

M. Wimhurst a ajouté que, pour améliorer le trafic aérien, « vital et particulièrement dense depuis 24 heures », il allait bientôt être urgent de dépêcher des experts capables de rationaliser le fonctionnement de l'aéroport.

À l'intention des organes d'information - Document non officiel