Haiti

Cap Haïtien : Dajabon ou la route de l'espoir

Format
News and Press Release
Source
Posted
Originally published
Origin
View original
Les travaux de construction de la route nationale numéro 6 (RN6) reliant Cap-Haïtien, la deuxième ville d'Haïti, à la ville frontalière dominicaine de Dajabon sont en voie d'achèvement. Acteurs politiques, opérateurs économiques et riverains se félicitent déjà de cette réalisation financée par l'UE. En effet, la nouvelle route va non seulement faciliter la communication entre les départements du Nord et du Nord-Est3, mais en plus et surtout accroitre les échanges économiques entre Haïti et la République Dominicaine.

Longue de 75 kilomètres, la route transfrontalière Cap-Haïtien / Dajabon relie, dans la partie haïtienne, les communes de Quartier Morin, Limonade, Trou du Nord, Terrier rouge, Fort Liberté et la ville frontalière de Ouanaminthe. Elle comprend une déviation de 7 km au niveau de la commune de Trou du Nord et une bretelle de trois kilomètres conduisant à la ville de Fort Liberté.

Cette route est financée à hauteur de 40.680.000 euros par l'Union européenne. La construction de cette route fait partie d'un paquet de quatre conventions signées le 8 Décembre 2005 avec le gouvernement intérimaire d'Haïti, portant sur la réhabilitation des infrastructures routières du pays. Les travaux ont débuté en janvier 2006 et prendront fin en décembre 2008.

Le projet est exécuté par l'entreprise italo-dominicaine de Génie civile, Ghella, qui avait remporté l'appel d'offres. La construction de la route entre dans sa dernière phase, si l'on en croit Luca Paioletti, responsable du Bureau technique, qui a précisé que « la plus grande partie des travaux a déjà été réalisée ». Entre autres, six nouveaux ponts sont construits et l'asphaltage est achevé à environ 80%.

Les responsables de l'entreprise se veulent alors rassurants quant au respect du délai imparti pour la livraison de l'ouvrage. «D'ici à décembre, nous aurons terminé la construction des 75 kilomètres de route », informe Luca Paioletti. Il a par ailleurs ajouté : « nous utiliserons ensuite les mois de janvier à mars 2009 pour la construction du complexe administratif de la Douane à Ouanaminthe et pour la réalisation des travaux de signalisation routière ».

Pour nombre d'acteurs, cette route revêt une importance capitale. D'abord, pour ceux qui font du commerce transfrontalier. En effet, de l'avis de l'économiste Marcel Clodion, «l'achèvement de cette route va renforcer, d'une part, les échanges entre Haïti et la République Dominicaine et, d'autre part, les échanges entre les différentes communes haïtiennes des départements du Nord et du Nord Est ».

Marcel Clodion, qui avait conduit l'étude préparatoire à la réalisation de ce tronçon de route, a précisé : « le passage Dajabon- Ouanaminthe est une véritable plaque tournante des échanges frontaliers. 31% du total des exportations dominicaines vers Haïti passent par cette route ».

Quant aux populations, elles voient dans la construction de cette route un évènement majeur. «La route est d'un grand apport dans le cadre du développement de la commune de Limonade, voire du grand Nord. La réalisation de cette infrastructure s'accompagne entre autres de l'assainissement et du drainage, ce qui a un impact positif sur la santé de la population », explique, visiblement ravi, le maire principal de la commune de Limonade, Jean Manguira. Pour lui, en effet, «à cause de la poussière, les gens avaient souvent de la sinusite. Maintenant, de Quartier-Morin à Fort-Liberté, cette poussière a disparu ».

Cette interminable bande noire et propre, qui serpente villes et savanes, dégage une impression de propreté et de beauté. « Partout o=F9 passe la route, c'est comme si tout était neuf. Même les maisons paraissent neuves », confie, émue, une riveraine de la RN6. « La route est belle et change notre environnement. Nous en sommes ravis », renchérit une autre.

Les transporteurs publics sont parmi ceux qui sont les plus satisfaits de cet ouvrage. Aussi, la Compagnie dominicaine de transport «Caribe Tours» a inauguré le circuit Cap-Haïtien- Santiago- Santo-Domingo, le 11 juillet dernier. Ainsi devient-il désormais plus facile d'atteindre la capitale dominicaine, Santo-Domingo, à partir du Nord d'Haïti.

Et comme le reconnait Pierre Pelotat, directeur administratif et commercial de «Caribe Tours », « c'est la réalisation du tronçon Cap-Haïtien-Dajabon qui a permis cette opération. Celle-ci va contribuer à faciliter les échanges et à rapprocher davantage les Haïtiens et leurs voisins dominicains ».

Les transporteurs haïtiens expriment également leur contentement. « Cette route nous permet d'aller plus vite. J'en suis pleinement satisfait. Grâce à elle, je n'ai plus à réparer ma voiture chaque semaine», se réjouit Henriclès Saint Preux, chauffeur de camionnette sur le tronçon Limonade-Cap Haïtien.

Henriclès Saint Preux a en outre signalé les bienfaits de cette route en termes de réduction de la durée des voyages. « Auparavant, il me fallait une heure et 20 minutes pour parcourir le trajet Limonade-Cap-Haïtien. Aujourd'hui, il me faut à peine 20 minutes pour effectuer le même parcours. Ainsi, au lieu de trois voyages par jour, j'en fais désormais 10».

Par ailleurs, tout au long de la nouvelle route, les petites activités économiques fleurissent. Marchandes de fritures, vendeurs de cartes téléphoniques prépayées, d'accessoires pour autos et motos, réparateurs de pneus et autres y élisent progressivement domicile.

Le tracé de cette route avait donné lieu à des actions violentes de la part de la population de la commune de Trou du Nord. Pour des retombées économiques, celle-ci voulait en effet que la nouvelle voie traverse cette ville. L'Etat haïtien, de concert avec la compagnie Ghella, en avait décidé autrement. Aussi, le 25 novembre 2007, une partie du matériel de l'entreprise a été incendiée entraînant des pertes évaluées à plusieurs centaines de milliers de dollars américains.