Haiti

"Aucun prétexte, aucune limite" : la MINUJUSTH s'engage pour les droits des personnes à mobilité réduite

Format
News and Press Release
Source
Posted
Originally published
Origin
View original

Dans le cadre de son mandat et tenant compte de sa stratégie de sortie, la Mission des Nations Unies pour l’appui à la Justice en Haïti (MINUJUSTH) a soutenu, à travers sa section des droits de l'homme, un projet de réduction de la violence communautaire (RVC). Ce projet, présenté par l’organisation l’Union des Femmes à Mobilité Réduite d’Haïti (UFMORH) et lancé le 29 octobre 2018, à Port-au-Prince, a pour but de promouvoir le respect des droits humains et l’inclusion des personnes à mobilité réduite. « Aucun prétexte, aucune limite » : c'est toute l'ambition de ce projet qui sera mis en œuvre à Cap-Haïtien et à Port-au-Prince sur une période de 6 mois.

Ce projet vise spécifiquement à renforcer les capacités opérationnelles du bureau régional de l’UFMORH au Cap-Haitien, en lui permettant de jouer pleinement son rôle au profit des femmes et des hommes handicapé-e-s dans le département du Nord. Il permettra aussi une meilleure perception de la population par rapport aux femmes et aux hommes en situation de handicap, à travers des actions de sensibilisation et de formation.

Ce projet touchera 40 bénéficiaires directs dont 10 garçons et 30 femmes. Pour atteindre son but, le partenaire compte organiser des formations sur la Convention sur l'élimination de toutes les formes de discrimination à l'égard des femmes (CEDEF), sur la base de l’article 6 de la Convention relative aux droits des personnes handicapées (CRDPH) et de l’objectif 5 du développement durable en vue de renforcer la capacité des femmes handicapées. L'objectif ? Qu’elles soient mieux préparées pour défendre leurs droits, et plus précisément en matière d’actes de violence commis sur les personnes à mobilité réduite.

Des rencontres de sensibilisation seront réalisées pour les femmes, les parents des personnes handicapées, les représentants d’organisations des droits humains et des organisations de femmes handicapées ou non. Des campagnes de sensibilisation médiatique et de promotion pour l’inclusion des personnes handicapées seront aussi organisées. Enfin, une table ronde se réalisera autour de la problématique d’exclusion des femmes et des regroupements de femmes handicapées dans le mouvement féministe.

Les projets de réduction de la violence communautaire visent à soutenir les autorités nationales dans le cadre de la mise en œuvre du mandat de la MINUJUSTH, en faveur du renforcement de l’état de droit et de la promotion et la protection des droits de l'homme, notamment sur les questions d’égalité et d’équité de genre. Ces projets visent à réduire l’insécurité et la violence dans les communautés et à atténuer les effets de cette violence sur leur développement. La protection des groupes vulnérables, y compris les femmes et les enfants et les autres personnes qui vivent dans ces communautés, est au centre des actions de ces projets. En particulier, la participation de jeunes à risque, de femmes, et/ou d’autres groupes marginalisés dans des projets communautaires est essentielle pour améliorer la stabilité, l’inclusivité et le respect des droits.

Les acteurs et dirigeants communautaires, ainsi que les organisations de base, sont impliqués dans l’élaboration et la mise en œuvre des projets de réduction de la violence communautaire. Les agences gouvernementales et les agences, fonds et programmes des Nations Unies sont étroitement associés au processus, dans le cadre de la stratégie de la MINUJUSTH qui vise un transfert graduel des responsabilités au Gouvernement haïtien et aux acteurs du développement.