Haiti

Appel pour « une Ile d’Hispaniola exempte de choléra »

Source
Posted
Originally published
Origin
View original

Dans le but d’éradiquer le choléra, apparu en Haïti en octobre 2010, l’Organisation Panaméricaine de la Santé/l’Organisation Mondiale de la Santé (OPS/OMS), les Centres pour la Prévention et le Contrôle des Maladies des Etats-Unis (Centers for Disease Control and Prevention – CDC), l’UNICEF et les autorités des deux pays de l’Ile d’Hispaniola (Haïti et la République Dominicaine) ont lancé un appel à travers une téléconférence organisée conjointement à Washington DC, Port-au-Prince, et Santo Domingo, le 11 janvier 2012.

L’OPS/OMS indique que bien avant le séisme du 12 janvier 2010, « l’accès de la population à une eau et à un assainissement améliorés en Haïti était bien inférieur aux niveaux des autres pays latino-américains et des Caraïbes » et, reconnaît l’organisation, « la situation n’a fait qu’empirer ». D’où la tenue de cette conférence conjointe à laquelle ont participé la directrice de l’OPS/OMS, Dr Mirta Roses, la responsable de l’Eau et de l’assainissement à l’UNICEF, Sanjay Wijesekera, et le Dr Kevin De Cock du CDC. Une rencontre au cours de laquelle les messages préenregistrés du Président de la République d’Haïti, Michel Joseph Martelly, et de son homologue de la République Dominicaine, Leonel Fernández, ont été diffusés.

Près d’un an et demi après l’apparition de la maladie en Haïti, quelque 500.000 personnes ont été infectées et environ 7.000 décès ont été recensés. Aussi, face à ce constat, et pour éviter que la maladie ne devienne « endémique » sur l’ile d’Hispaniola, il s’agira pour les partenaires d’élaborer des stratégies conjointes pour combattre et éradiquer le choléra en donnant la priorité à la prévention, notamment par l’amélioration des services d’eau, d’assainissement et d’hygiène, une mesure qui sera accompagnée par la prise en charge des malades.

Les défis restent nombreux, comme l’a souligné le représentant de l’OPS/OMS en Haïti, Peter Jan Graaff, particulièrement en raison de la « réduction des ressources ainsi que d’une nette diminution de l’effectif des partenaires collaborant dans la lutte contre le cholera ».

Mais, la réponse réside dans les efforts combinés des différents acteurs. Et comme le fait valoir la Ministre haïtienne de la Santé Publique et de la Population (MSPP), Mme Florence Duperval Guillaume, elle se trouve dans « un bon système de surveillance épidémiologique, l’accès à l’eau potable de toutes les régions d’Haïti, la gestion adéquate des excréta et le respect des bonnes pratiques d’hygiène ».

Suite à cette téléconférence, il est prévu sous peu d’organiser une rencontre bilatérale entre Haïti et la République Dominicaine sur les mesures visant l éradication du choléra de l’Ile.

Rédaction : Jonas Laurince
Edition : Habibatou Gologo