Haiti + 1 more

56 haïtiens arrêtés et rapatriés par les autorités dominicaines

Source
Posted
Originally published
Le gouvernement de Leonel Fernàndez annonce un recensement des étrangers
56 immigrants haïtiens en situation irrégulière, ont été rapatriés mardi après avoir été détenus dans la province de Valverde Mao, dans le Nord-Ouest de la République Dominicaine. Selon le maire de la ville, ils avaient été surpris alors qu'ils tentaient de passer clandestinement de Valverde Mao à Santiago (nord).

Le général dominicain Pedro Càceres, commandant du Nord-Ouest et de la zone frontalière, a affirmé qu'à la fin de leur détention, les haïtiens ont été mis à disposition du service d'immigration. Le général a également souligné que deux dominicains qui étaient liés aux voyageurs clandestins ont été arrêtés pour trafic d'immigrants.

De l'autre côté de la frontière, certains secteurs chiffrent à 500.000 le nombre d'haïtiens ayant émigré en République Dominicaine, essentiellement à cause de la situation économique précaire d'Haïti.

Le gouvernement dominicain a indiqué que les opérations de rapatriement des illégaux haïtiens se poursuivront. Ajoutant aussitôt un bémol à cette déclaration, le régime de Fernàndez a précisé que ces opérations se feront dans le respect des droits des rapatriés et pas de façon massive, comme auparavant.

Santo Domingo a aussi annoncé lundi, l'organisation à brève échéance d'un recensement de la population, en vue de déterminer le nombre d'étrangers jouissant du statut de résident et de régulariser la situation de ceux vivant illégalement dans le pays. Le président du conseil national dominicain de la migration, Franklin Almeyda Rancier, également ministre de l'intérieur et de la police, a déclaré au cours d'une réunion que le recensement de tous les étrangers indistinctement, permettra au gouvernement de Leonel Fernàndez de définir une politique migratoire. Des experts seront appelés à réaliser cette étude de population. "Nous sommes en train d'étudier les normes à établir dans cette zone" a laissé entendre Almeyda, à propos de la frontière haïtiano-dominicaine, longue de près de 400 kilomètres.

La région frontalière qui constitue un point de passage privilégié, entre les deux pays, pour les trafiquants de drogue, d'armes, d'êtres humains, d'animaux et de marchandises doit bientôt faire l'objet d'une large coopération dominico-américaine incluyant une présence militaire des Etats-Unis.