Guinea + 13 more

Évaluation de la dynamique migratoire dans la préfecture Siguiri - Rapport février 2022

Attachments

AUTEURS :

DOUMBOUYA Saibou
CAMARA Djiguiba
CONTE Ibrahima Sory
SOW Adama Hawa

I. CONTEXTE

Depuis des années, le phénomène migratoire a connu une ampleure croissante en République de Guinée. Des mouvements irréguliers sont enregistrés vers l’Europe à travers la mediterranée. Entre 2017-2021, plus de 76 575 migrants guinéens ont été recensés en grand nombre parmi plusieurs nationalités. Cette situation les place dans une position de vulnérabilité accrue.

La vulnérabilité des migrant-e-s augmente le long des routes migratoires. En effet, ayant quitté leurs territoires d’origine et dépourvu-e-s de la protection de leurs communautés, ils deviennent souvent la proie facile des réseaux criminels qui mettent en place des mécanismes d’exploitation afin de tirer illégalement profit des plus vulnérables d’entre eux. De nombreux facteurs aggravent la vulnérabilité des migrant(e)s en général et celle de certaines catégories de migrant(e)s en particulier. Il s’agit notamment de la « féminisation » progressive des flux migratoires, la forte présence des enfants non accompagnés et séparés et du renforcement des réseaux de traite des personnes. En Guinée, la préfecture de Siguiri est une zone de forte mouvement migratoire et également en proie à des pratiques de traite et de trafic de personnes bien établies le long des routes migratoires, visant particulièrement les enfants.

La gestion migratoire doit servir à réguler à la fois en amont et en aval les flux de personnes composées des migrants économiques qui restent assez peu réglementés une fois ceux-ci arrivés à destination. Dans un contexte de forte mobilité couplée a la résurgence des maladies épidémiques comme la COVID-19, il est indispensable de chercher à comprendre permanentent les facteurs qui sous-tendent ces dynamiques migratoires, les impacts des maladies sur la vie socio-économique des migrants et proposer des solutions idoines pour une migration sure et profitable aux populations.

Pour mieux comprendre cette dynamique, une mission de collecte des données a été conduite conjointement par l’Organisation Internationale pour les Migrations (OIM) et l’Institut National de la Statistique (INS) et s’inscrit dans le cadre du partenariat entre les deux institutions pour la collecte et le partage des données migratoires.

II. OBJECTIF GÉNÉRAL

L’étude a pour but de mieux comprendre la dynamique migratoire dans le contexte de la migration irrégulière dans les zones à fort taux de départ et de transit dans la préfecture de Siguiri (Siguiri-Centre, Kourémalé et Doko).

III. OBJECTIFS SPÉCIFIQUES

Les objectifs spécifiques de cette étude sont de :

  • Comprendre les facteurs de la dynamique migratoire vers et depuis les localités de départ et de transite ciblés (facteurs incitatifs, mouvements de départ, etc.) et les systèmes qui facilitent cette mobilité ;
  • Déterminer et analyser les défis liés à la protection des personnes vulnérables autour des localités de destinations et le niveau d’accès aux structures de protection des communautés d’accueil ;
  • Évaluer l’impact économique et social de la migration irrégulière sur les communautés locales et les activités connexes, ainsi que les conséquences sur les relations entre les communautés d’accueil et les migrants ;
  • Analyser l’impact de la pandemie de COVID-19 sur la migration irrégulière dans les localités de départ et de transites.