SIM AGUISSA : Point sur la situation alimentaire en Guinée (PSA) - Mensuel d’information sur les prix des produits agricoles, Août 2019 N°43

Report
from Afrique Verte
Published on 31 Aug 2019 View Original

Faits marquants

Le mois d’août 2019 a été marqué par de grandes pluies qui ont provoqué des inondations et dégradé des réseaux routiers dans les régions du pays. Cette situation a rendu difficile les activités commerciales des produits agricoles aussi bien sur le plan du transport que sur celui des échanges commerciaux et a limité le niveau d'approvisionnement de certains marchés suivis. Par conséquent, les stocks de proximité de sécurité sur plusieurs marchés ont maintenu une bonne disponibilité des produits agricoles sur ces marchés.

A Kankan, les prix des produits dans leur ensemble restent relativement à la baisse. L’igname en provenance du Mali sur les marchés ne jouit pas d’une bonne réputation auprès des consommateurs et même des commerçants à cause de sa périssabilité rapide du fait de l’utilisation élevée des engrais chimique dans sa production. Malgré les difficultés de transfert des zones de production vers les marchés en raison du mauvais état des pistes, la disponibilité du mil et du fonio est bonne en raison de la présence d’importants stocks du mois passé, ce qui a fait que les prix sont restés à la baisse. Cette baisse s’explique aussi par l’annonce des nouvelles récoltes et la stratégie des commerçants d’évacuer rapidement les stocks existants. Le prix du manioc aussi est à la baisse du fait de la mise en marché d’importantes quantités en provenance des zones rurales de Sankaran (préfectures de Kouroussa et Faranah) et de Sinko dans Beyla. La quantité de riz local étuvé stockée dans les 15 plus grands magasins de la ville est estimée à environ 21 500 tonnes.

A Siguiri, on a observé une certaine perturbation de l’approvisionnement des marchés due au mauvais état des routes les reliant aux grands des marchés de regroupement (Sinko, Guéckédou, Kissidougou etc..). Cependant, les courts circuits d’approvisionnement à partir des marchés de collecte environnants animés par les collecteurs locaux ont bien fonctionné pour maintenir une relative baisse de prix pour certains produits comme le riz étuvé local, le fonio et le maïs jaune. Les récoltes des légumes de contre saison ont fait l'objet de fortes transactions commerciales des zones de production proches vers le centre-ville. Le sorgho a été absent. Le prix du manioc provenant de Kankan, de l’igname et de la banane plantain provenant du Mali ont connu la stabilité. Le stock du riz étuvé local dans les2 plus grands magasins de gros est estimé à 110 tonnes.

A Mandiana, en raison des nouvelles récoltes, on constate une bonne disponibilité des produits tels que le fonio, le maïs, le mil et le manioc en provenance des marchés ruraux de collecte avec comme effet notoire la baisse de prix du riz étuvé importé suite à sa faible demande par les consommateurs. Quant au riz étuvé local, son prix connait une hausse à cause du retard de l’approvisionnement dû à la dégradation de l’état des routes reliant les marchés. Les stocks de riz dans les principaux magasins sont estimés à 500 tonnes.

A Kouroussa, on enregistre la hausse des prix des deux principales céréales (le riz et le fonio) ; cette tendance confirmée la dernière semaine du mois de juillet est observée dès le début de ce mois d’août.

Les stocks de proximité enregistrés dans les principaux magasins sont estimés à 85 tonnes pour le riz étuvé local, 15 tonnes pour le maïs et 12 tonnes pour le fonio. A noter qu’il existe d’importants stocks non chiffrés dans les marchés ruraux de collecte pour les produits à cause du mauvais état des routes.

A Kérouané, les prix des produits céréaliers sont restés stables en raison d’une bonne présence de certains produits frais tels que le taro, le maïs, l’arachide, le manioc qui peuvent se substituer à eux dans la consommation des ménages. Les prochaines récoltes de riz et de fonio justifient la tendance à la baisse ou à la stabilité des prix de ces produits. Par contre le sorgho reste toujours absent. Il faut rappeler que l’état défectueux des routes a rendu difficile l’acheminement des produits vers les centres de consommation comme Kankan et Siguiri. Les stocks de riz local étuvé s’élèvent à 500 tonnes.