Guinea + 3 more

Maladie à virus Ebola, Afrique de l’Ouest – mise à jour 17 avril 2014

Source
Posted
Originally published
Origin
View original

Guinée

À 18 heures le 16 avril, le Ministère guinéen de la Santé avait notifié un total cumulé de 197 cas cliniques de maladie à virus Ebola, dont 122 mortels. À ce jour, 101 cas ont été confirmés en laboratoire, dont 56 mortels, 43 (33 décès) correspondent à la définition du cas probable et 53 (33 décès) sont classés comme des cas suspects. Le nombre d’agents de santé touchés est de 24, avec 13 décès. Des cas cliniques ont été notifiés à Conakry (47 cas, dont 16 mortels), Guékédou (117/80), Macenta (22/16), Kissidougou (6/5), Dabola (4/4) et Djingaraye (1/1).

Les activités pour rechercher les contacts se poursuivent dans toutes les zones touchées, y compris de nouveaux contacts liés à un agent de santé décédé il y a trois jours. À Conakry, 60 bénévoles de la communauté aident le Ministère de la Santé et les partenaires de la riposte à suivre 221 contacts actuellement placés en observation médicale. Sept d’entre eux qui ont manifesté des symptômes ont été mis en isolement à titre de précaution. Au total, 249 contacts sont suivis à Guékédou, 54 à Macenta, 17 à Kissidougou, 63 à Dabola et 2 à Djingaraye.

Au total, 36 patients sont actuellement placés en isolement; 23 à Conakry, 12 à Guékédou et un à Macenta. Les équipes cliniques de l’OMS, du Réseau mondial d’alerte et d’action en cas d’épidémie (GOARN) et de Médecins sans Frontières (MSF) aident le personnel médical et infirmier national à l’hôpital Donka à renforcer le triage des patients, la prise en charge des cas et la lutte contre l’infection.

Les équipes de lutte contre l’infection et de logistique ont conjointement assuré une formation sur la manipulation sans danger des patients atteints de la maladie à virus Ebola et des personnes décédés à l’hôpital Donka, à l’intention du personnel travaillant à la morgue, ainsi que des conducteurs et des agents transportant les patients sur des civières. Une formation des formateurs à l’intention des directeurs des 20 centres de santé de Conakry est prévue le 17 avril. Une formation à la lutte contre les infections et à la prévention est également programmée demain dans 2 centres de santé communautaire.

Les nombres de cas et de contacts restent susceptibles d’évoluer en raison de la synthèse des données sur les cas, les contacts et les résultats de laboratoire, du renforcement des activités de surveillance et de recherche des contacts et de la poursuite des investigations de laboratoire.

Mali

Le Ministère de la Santé du Mali a indiqué le 16 avril que les échantillons cliniques des 6 cas suspects avaient donné des résultats négatifs à la recherche du virus Ebola.

Les échantillons ont été analysés au centre collaborateur de l’OMS pour les arbovirus et les fièvres hémorragiques virales de l’Institut Pasteur à Dakar (Sénégal). Les échantillons ont aussi été analysés par PCR en temps réel au laboratoire mobile de haute sécurité, installé récemment au Centre SEREFO de recherche et de formation sur le VIH/sida et la tuberculose à l’Université de Bamako.

Les experts de laboratoire maliens du Centre SEREFO, de l’Institut national de Recherche en Santé publique, du Centre national d’Appui à la Lutte contre la Maladie (CNAM), du Centre national de Transfusion sanguine (CNTS) et de la Faculté de Médecine et d’Odonto-Stomatologie (FMOS), à l’Université des Sciences. Techniques et Technologies à Bamako, ont été formés au diagnostic du virus Ebola par du personnel des National Institutes of Health (NIH) des États-Unis d’Amérique.

Au 16 avril, aucun nouveau cas suspect n’avait été notifié au Mali.

Les activités de préparation et de riposte qui se poursuivent comportent la sensibilisation des agents de santé et des communautés au sens large à la maladie à virus Ebola, et le renforcement des stratégies de réduction des risques au niveau individuel et communautaire. L’application nécessaire et rigoureuse des mesures de lutte contre l’infection et de prévention dans les établissements de santé reste une intervention essentielle.

L’OMS aide les autorités sanitaires nationales du Mali, de la Guinée et de la Côte d’Ivoire à planifier une réunion transfrontalière sur la maladie à virus Ebola. Les partenaires de la riposte qui soutiennent le Ministère de la Santé sont les suivants: l’OMS, les Centers for Disease Control and Prevention (CDC) des États-Unis d'Amérique, l’Office d’aide humanitaire de l’Union européenne (ECHO), l’Agence française de Développement (AFD), l’Agence japonaise de coopération internationale (JICA), les NIH et le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF).

Libéria

Au 16 avril, le Ministère de la Santé et des Affaires sociales du Libéria avait notifié un total cumulé de 27 cas cliniques de maladie à virus Ebola, dont 13 mortels. Un nouveau cas suspect signalé hier dans le comté de Nimba a été confirmé par le laboratoire comme étant un cas de fièvre de Lassa. Deux patients restent hospitalisés et 33 contacts sont sous observation médicale. Le Ministère a mandaté le 16 avril un nouveau laboratoire pour le virus Ebola, travaillant en collaboration avec Metabiota.

En collaboration avec l’OMS et l’équipe du GOARN au Libéria, le Ministère de la Santé et des Affaires sociales, a organisé des visites au Centre médical John F. Kennedy à Monrovia et au Redemption Hospital de la ville de New Kru dans le comté de Montserrado, ainsi que la première formation sur la prise en charge des cas, le triage et les mesures de lutte contre l’infection et de prévention.

Sierra Leone

Le 15 avril, le Ministère de la Santé et de l’Assainissement a publié un rapport de synthèse des activités de surveillance menées dans le pays à partir du 19 mars. Au total, 12 cas suspects ont été repérés au cours de cette période. Deux décès de cas suspects de maladie à virus Ebola se sont produits dans une famille en Guinée et leurs corps ont été rapatriés en Sierra Leone pour l’inhumation. Les 15 contacts ont terminé les 21 jours de suivi médical et sont restés en bonne santé.

L’équipe de laboratoire de Metabiota travaillant dans l’Unité d’isolement pour la fièvre de Lassa de l’Hôpital public de Kenema a reçu et analysé des échantillons cliniques de 11 cas suspects en suivant 2 protocoles différents de PCR en temps réel pour le virus Ebola Zaïre, d’autres fièvres hémorragiques virales et des agents pathogènes endémiques importants sur le plan local. Tous les échantillons ont donné des résultats négatifs pour le virus Ebola et les autres agents pathogènes inclus dans la série de tests.

Le suivi des rumeurs de cas et la recherche active des cas de maladie à virus Ebola se poursuivent en Sierra Leone. En collaboration avec le Ministère de la Santé et de l’Assainissement, Metabiota a assuré la formation de formateurs pour 75 médecins et infirmiers des principaux hôpitaux de recours, publics, privés et appartenant à des missions, dans les 13 districts sur la préparation et la riposte à la maladie à virus Ebola à l’Unité de soins de la fièvre de Lassa à Kenema. Des actions multimédias de sensibilisation des communautés se poursuivent également.

Sur la base des informations actuellement disponibles concernant cet événement, l’OMS ne recommande pas que des restrictions aux voyages ou aux échanges commerciaux soient imposées à la Guinée, au Libéria, au Mali ou à la Sierra Leone.