Guinea + 4 more

Guinée - Etude de profilage et évaluation des besoins des migrants à Siguiri (district de Kolenda) (Février 2021)

Format
Assessment
Source
Posted
Originally published
Origin
View original

Attachments

CONTEXTE

L’exploitation minière artisanale ou l’orpaillage traditionnel est une activité qui joue un rôle prépondérant dans la dynamique socioéconomique de la sous-préfecture de Doko et dans le district de Kolenda en particulier.

Connue pour la richesse de son sous-sol, l’activité principale à Doko est l’orpaillage. Etant une zone de forte mobilité interne et internationale, des milliers de Guinéens et d’étrangers venus des pays de la sous-région ouest-africaine travaillent dans le secteur de l’orpaillage. En effet, la sous-préfecture est composée de 16 districts dont le district de « Kolenda » qui est l’une des destinations privilégiées des Migrants Etrangers Orpailleurs (MEO).

Aujourd’hui considérée comme le principal lieu de transit de migration en Guinée, la sous-préfecture est devenue ces dernières années une importante zone d’attraction pour les migrants, en raison de sa proximité avec la république du Mali.. En effet, l’orpaillage demeure une des activités principales depuis des siècles et les vestiges miniers y sont fréquents.

Par ailleurs, le contexte actuel de cette aire géographique est marqué par l’exploitation illégale des sites miniers ayant pour conséquence l’expulsion des MEO par les forces de sécurité durant la période de juillet à septembre. Le contexte environnemental et sanitaire est également marqué par l’utilisation de produits toxiques et d’autres polluants pour l’extraction de l’or.

Enfin, avec la pandémie de COVID-19, la fermeture des frontières a engendré une forte hausse dans l’utilisation de points d’entrée informels. L’identification de ces points informels permettrait non seulement d’orienter les mesures barrières, mais aussi de mettre en lumière les réseaux de trafic ou de traite de personnes dont les MEO pourraient être victimes.

La sous-préfecture de Doko est l’une des douze sous-préfectures de Siguiri. Elle couvre une superficie de 2 826 km2 et compte une population de 86 782 habitants selon le recensement général de la population et de l’habitation pour la phase 3 (RGPH3) de l’INS, 2014.

METHODOLOGIE

L’approche méthodologique de cette étude adopte une démarche participative reposant sur une double approche complémentaire : une enquête qualitative et une enquête quantitative. Cette approche a été mise en œuvre en menant des entretiens individuels auprès des Migrants Orpailleurs Etrangers (MOE) et les groupes de discussion avec les communautés hôtes, les tombolomas, les responsables des jeunes, les responsables des femmes et des leaders des sites d’orpaillages. Cette diversité de méthodes de collecte a permis d’avoir une précision sur les informations recueillies et de garantir la cohérence des données.