Guinea

Fièvre jaune en Guinée

Source
Posted
Originally published
Origin
View original
Le 4 janvier 2010, le Ministère de la Santé de la Guinée a notifié à l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) un cas de fièvre jaune qui s'est produit dans la préfecture de Mandiana, appartenant à la région de Kankan dans l'Est du pays, près de la frontière avec la Côte d'Ivoire. Celle-ci a récemment riposté à une flambée épidémique dans ses districts sanitaires frontaliers de Minigna et Madinani.

En Guinée, le cas concerne une femme de 35 ans du village de Malikila, dans la sous-préfecture de Faralako et la préfecture de Mandiana. Le 23 novembre 2009, elle a présenté un syndrome clinique de fièvre et d'ictère. Ce cas a été détecté lors d'une enquête transfrontalière à la suite de la flambée en Côte d'ivoire. Suite à une enquête menée par le Ministère de la Santé, six autres cas présumés ont été découverts dans les sous-préfectures de Faralako, Mandiana-Centre et Saladou. Les analyses de laboratoire sont en cours pour ces cas.

Le laboratoire régional de référence pour la fièvre jaune, à l'Institut Pasteur de Dakar (Sénégal), a confirmé le cas de fièvre jaune à l'aide du test de neutralisation par réduction de plages (PNRT). Des tests spécifiques ont permis d'exclure d'autres fièvres hémorragiques.

Suite à la détection de ce cas, le Ministère de la Santé a décidé de vacciner l'ensemble de la population de la préfecture de Mandiana. Au total, 290 209 personnes dans les 12 sous-préfectures sont visées par une campagne de vaccination d'urgence prévue au cours de la troisième semaine de janvier 2010. Les vaccins ont été fournis à partir de la réserve mondiale d'urgence gérée par le Groupe international de coordination (GIC) pour l'approvisionnement en vaccin antiamaril, avec un financement de l'Alliance mondiale pour les vaccins et la vaccination (GAVI) et de l'Office humanitaire de la Communauté européenne (ECHO).

En Afrique, la Guinée fait partie d'un groupe de pays d'endémie exposés à un risque élevé, o=F9 des campagnes de vaccination préventive sont organisées depuis 2007. La préfecture de Mandiana est l'une des 25 préfectures du pays o=F9 l'on considère que le risque amaril est le plus élevé. Cette préfecture avait été retenue pour une campagne de vaccination préventive lors de la réunion d'évaluation nationale du risque de fièvre jaune en septembre 2008. Pour autant, la campagne nationale n'a pas encore eu lieu en raison de l'approvisionnement insuffisant en vaccins. Elle est désormais prévue en 2010.