Guinea + 1 more

Faits et Chiffres: les Activités de la Délégation du CICR en Guinée, Janvier - Décembre 2018

Source
Posted
Originally published
Origin
View original

Attachments

Présent en Guinée depuis 1990, le CICR a ouvert sa délégation en 2001 et mené des activités humanitaires à travers tout le pays. Depuis 2016, il a entamé et poursuivi un processus de retrait et de désengagement de ses programmes d’assistance en milieu carcéral (santé en détention, chaîne alimentaire, réhabilitation des prisons). Le CICR a fermé, en juillet 2018, son bureau de Nzérékoré qui couvrait les régions de Haute Guinée et de Guinée Forestière.

Cependant, le CICR poursuit, à partir de sa Mission de Conakry et sa Délégation Régionale à Abidjan son soutien aux autorités guinéennes dans le domaine de la promotion et de la mise en œuvre du droit international humanitaire et à la Croix-Rouge Guinéenne (CRG) dans ses activités humanitaires.

ACTIONS EN FAVEURS DES PERSONNES PRIVEES DE LIBERTE Le CICR a poursuivi ses visites et assistances dans 9 lieux de détention prioritaires (Conakry, Coyah, Kindia, Boké, Mamou,
Labé, N’Zérékoré, Kankan et Siguiri) jusqu’en fin juin 2018, échéance prévue pour le désengagement total du CICR.
Cependant, suite au tableau sombre qu’ont présenté 4 Maisons centrales (MC), le CICR et le Ministère de la Justice ont convenu que l’institution accompagne la Direction nationale de l’administration pénitentiaire et réinsertion (DNAPR) dans le suivi de ces 4 MC, à travers des visites conjointes de détention avec le Comité de suivi du Protocole d’Accord interministériel sur la santé des détenus signé entre les ministères de la justice et de la santé. Au cours de ces visites conjointes, le transfert des connaissances serait fait par le CICR au profit des membres dudit Comité de suivi.
CICR Présent en Guinée depuis 1990, le CICR a ouvert sa délégation en 2001 et mené des activités humanitaires à travers tout le pays. Depuis 2016, il a entamé et poursuivi un processus de retrait et de désengagement de ses programmes d’assistance en milieu carcéral (santé en détention, chaîne alimentaire, réhabilitation des prisons). Le CICR a fermé, en juillet 2018, son bureau de Nzérékoré qui couvrait les régions de Haute Guinée et de Guinée Forestière.
Cependant, le CICR poursuit, à partir de sa Mission de Conakry et sa Délégation Régionale à Abidjan son soutien aux autorités guinéennes dans le domaine de la promotion et de la mise en œuvre du droit international humanitaire et à la Croix-Rouge Guinéenne (CRG) dans ses activités humanitaires.

En 2018, le CICR a :

En santé et nutrition

• Effectué environ 75 visites dans 9 lieux de détention prioritaires qui ont bénéficié d’une assistance en médicaments, consommables médicaux et intrants nutritionnels,

• Participé à 12 réunions du Comité de suivi du protocole d’accord (PA) interministériel sur la santé des détenus ;

• Présenté officiellement le PA interministériel révisé sur la santé des détenus à Conakry ;

• Organisé 2 sessions de formation pour le renforcement des capacités de 23 agents de santé des prisons, sur la prise en charge des pathologies courantes en milieu carcéral, nutrition et prise en charge de la malnutrition et éthique médicale ;

• Facilité 13’000 consultations médicales en faveur des détenus ;

• Pris en charge les frais médico-chirurgicaux de 18 détenus transférés dans les structures hospitalières de références ;

• dépisté et soigné 70 malnutris aigus sévères et 330 malades de béribéri (carences en vitamines B1) ;

• Mis en place un programme de prévention de béribéri à travers une supplémentation en micronutriments dans 5 prisons.

En maintenance et hygiène

• effectué 9 séances de désinsectisation, dont une dans chacune des 9 prisons prioritaires.

• fait une donation de kits d’articles d’hygiène (savons, eau de javel, shorts, pagnes, nattes, etc...) et kits d’articles de maintenance (brouettes, pelles, râteaux etc…) aux 9 lieux de détention prioritaires.