Guinea + 3 more

Bulletin d'information No. 606 pour l'Afrique de l'Ouest

Format
News and Press Release
Source
Posted
Originally published
NATIONS UNIES
Bureau de coordination des affaires humanitaires
I R I N pour l'Afrique de l'Ouest
Tel: + 225 21-73-54
Fax: + 225 21-63-35
E-mail: irin-wa@irin.ci

SIERRA LEONE: Affrontement entre l'ECOMOG et les forces rebelles

Un affrontement, ce week-end, entre les forces de l'ECOMOG et les rebelles, a fait un blessé dans les rangs des troupes ghanéennes et un mort parmi les rebelles, a indiqué mercredi à IRIN le porte-parole de l'ECOMOG, le lieutenant colonel Chris Olukolade.

Un peu plus tôt, les médias rapportaient qu'un soldat ghanéen et au moins quatre rebelles avaient été tués.

Cette confrontation entre les deux forces a eu lieu vers minuit, dimanche, entre Madina et Pepel, au nord de la péninsule de Freetown et près de l'Aéroport International de Lungi. Les services de renseignement avaient appris que les rebelles s'apprêtaient à fourrager dans la région pour trouver de la nourriture, a expliqué M. Olukolade, les troupes ghanéennes de l'ECOMOG étaient donc en état d'alerte.

M. Olukolade a précisé que pendant l'attaque, qui a duré moins d'une heure, la section de l'ECOMOG a repoussé un groupe d'environ 300 combattants de l'ancienne armée de Sierra Leone (ex-SLA) et du Front révolutionnaire uni (RUF). Six rebelles ont été capturés et sont maintenant à Freetown, a ajouté M. Olukolade, et les autres se sont repliés vers leur base dans la région.

SIERRA LEONE: Des Sierra-Léonais fuient en Guinée

Parallèlement, des informations locales en Guinée indiquent que des Sierra-Léonais ont récemment fui les combats dans le district de Kambia et ont traversé la frontière, a indiqué mercredi à IRIN un responsable du HCR en Guinée.

Selon les autorités locales, 733 Sierra-Léonais auraient traversé la frontière à hauteur de la localité de Dakhagbe, mais le bureau du HCR à Forecariah, à environ 100 km au sud-est de Conakry, indique qu'ils n'ont pas tous été trouvés.

"Certains sont peut-être retournés en Sierra Leone et d'autres sont peut-être encore dans les villages environnants", a indiqué le responsable du HCR.

Seuls 21 agents de la Division Spéciale de Sécurité (SSD - un corps de la police sierra-léonaise), non armés mais en uniforme, ont été identifiés à Dakhagbe, au point d'entrée semble-t-il, par les responsables du HCR. Les agents de la SSD ont demandé à rester sous la protection du HCR. Le HCR a déclaré qu'une mission de protection à Conakry s'était rendue à Forecariah pour rassembler des informations supplémentaires sur la situation.

La raison des combats dans le district de Kambia n'est pas connue avec certitude mais la police à Forecariah a signalé qu'elle avait reçu une lettre écrite par un capitaine du RUF expliquant que l'attaque n'était pas dirigée contre la Guinée, selon les médias locaux.

Le porte-parole de l'ECOMOG, le lieutenant-colonel Chris Olukolade, a indiqué à IRIN qu'il avait reçu des informations non confirmées concernant des attaques du RUF et des violations des droits de l'Homme dans le district de Kambia mais aucunes concernant une implication éventuelle des troupes de l'ECOMOG dans les combats.

Des personnes résidant dans la région accusent les rebelles du RUF de battre et de tuer les habitants. Ils affirment également que les combattants vont de maison en maison pour extorquer de l'argent. bDes habitants de la région ont expliqué, dans une émission de discussion sur la radio nationale à Freetown, que les femmes et enfants souffraient beaucoup, et ont appelé le dirigeant du RUF, Foday Sankoh, à ordonner à ses hommes d'arrêter de faire régner la terreur.

SIERRA LEONE: Les anciens combattants commencent à rentrer chez eux

Les anciens combattants sierra-léonais au Liberia ont commencé à rentrer chez eux la semaine dernière, ont indiqué des sources médiatiques et locales.

L'ambassadeur de Sierra Leone au Liberia, Kemoh Salia Bao, a déclaré sur la radio indépendante Star Radio que plus de 100 anciens soldats étaient rentrés la semaine dernière. Il a ajouté que plusieurs centaines d'autres devraient rentrer dans les prochains jours, certains par la route, vers Kenema et Daru dans l'est du pays, d'autres par mer jusqu'à Freetown.

"Nous souhaitons que tous les Sierra-Léonais rentrent au pays, pour faciliter la reconstruction de la nation", a indiqué à IRIN le porte-parole de la présidence, Septimus Kaikai, "mais nous voulons nous assurer que leur contribution à la société sera productive et positive".

A leur retour en Sierra Leone, ils ne seront pas nécessairement enrôlés dans le programme de Désarmement, Démobilisation et Réintégration (DDR), selon un haut responsable gouvernemental chargé du DDR.

"Ils ne seront incorporés dans le programme DDR que s'ils peuvent fournir au Ministère de la défense des informations détaillées concernant la localisation de leurs armes", a expliqué à IRIN Francis Kaikai, secrétaire exécutif en exercice du programme DDR.

Un responsable du HCR à Freetown a indiqué à IRIN que le retour des anciens combattants était organisé par les gouvernements sierra-léonais et libérien.

NIGERIA: Le gouvernement devra demander l'approbation de l'assemblée avant tout déploiement de troupes

Mardi, la chambre basse du parlement nigérian a adopté une motion qui stipule que dorénavant, le gouvernement devra obtenir l'approbation de l'Assemblée Nationale avant de déployer des troupes pour mater l'agitation civile dans le pays, ont rapporté les médias locaux.

Cependant, la chambre n'a pas donné satisfaction aux initiateurs de la motion qui demandaient le retrait des troupes déployées à Odi, Etat de Bayelsa, après l'enlèvement suivi de l'assassinat de 12 policiers.

Les membres de la chambre étaient en effet divisés sur la question de savoir si le déploiement des troupes à Odi sans recours à l'Assemblée Nationale constitue ou non une violation de la constitution, a rapporté le quotidien 'Vanguard'.

Parallèlement, les femmes de l'Etat de Bayelsa ont exhorté le gouvernement fédéral à reconstruire Odi et à dédommager les personnes déplacées par les soldats déployés dans la communauté, a signalé le journal.

Une équipe de sénateurs qui évaluait lundi la situation à Odi s'était déclarée choquée de l'ampleur des destructions dans le village.

LIBERIA: Un sénateur appelle à l'abrogation d'une loi raciste

Le Sénateur du comté de Lofa, Keikura Kpoto, a demandé une révision des dispositions constitutionnelles qui établissent une discrimination raciale et interdisent aux non Libériens de posséder des terres, a rapporté mardi la radio indépendante, Star Radio.

M. Kpoto s'exprimait lundi à Monrovia lors du lancement de l'Association libéro-libanaise.

La constitution de 1847, rédigée par les pères fondateurs du Liberia, qui avaient échappé à l'esclavage aux Etats-Unis, stipule que seules les personnes d'origine Noire peuvent être citoyens du Liberia et posséder des terres. Ils ont inséré cette clause dans la constitution pour se protéger de toute domination future par des non Noirs, a expliqué à IRIN un juriste.

[Voir dossier complet dans le document IRIN intitulé 'LIBERIA: Senator calls for repeal of racist law']

Abidjan, le 1er décembre 1999

[FIN]

[ Pour plus d'information ou abonnement, UN IRIN-WA: Tel: +225 21 73 66, Fax: +225 21 63 35, e-mail: irin-wa@africaonline.co.ci ]

Item: irin-french-831

[Les informations contenues dans ce bulletin vous sont parvenues via IRIN, un departement d'informations humanitaires des Nations Unies, mais ne refletent pas necessairement les vues des Nations Unies ou de ses agences. Si vous reimprimez, copiez, archivez ou renvoyez ce bulletin, merci de tenir compte de cette reserve. Toute citation ou extrait devrait inclure une reference aux sources originales. Les rapports d'IRIN sont archives sur internet sous : http://www.reliefweb.int/IRIN ]

Copyright (c) UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs 1999