Guinea-Bissau + 9 more

Journée portes ouvertes sur la mise en œuvre, en Afrique de l’Ouest et au Sahel, des Résolutions 1325 (2000) et suivantes du Conseil de Sécurité des Nations Unies sur les femmes, la paix et la sécurité

Format
News and Press Release
Source
Posted
Originally published
Origin
View original

Le Président de Guinée-Bissau et le Représentant spécial du Secrétaire général échangent avec les femmes et les jeunes sur leur contribution à la paix et à la sécurité dans la sous-région

Bissau, 23 novembre 2021 – S.E. Umaro Sissoco Embaló, Président de la République de Guinée-Bissau, et Mahamat Saleh ANNADIF, Représentant spécial du Secrétaire general et Chef du Bureau des Nations Unies pour l'Afrique de l'Ouest et le Sahel, ont présidé le 23 novembre 2021, la Journée Portes Ouvertes régionales sur les résolutions 1325 (2000) et suivantes du Conseil de Sécurité des Nations Unies relatives au Genre, aux Femmes, aux Jeunes, à la Paix et à la Sécurité.

La journée Portes Ouvertes a réuni près d'une centaine de femmes et de jeunes leaders d'Afrique de l'Ouest et du Sahel, y compris ceux et celles du monde rural ainsi que des acteurs des organisations de la société civile, des représentant(e)s d'organisations régionales, avec la participation de Mme Maria da Conceicao, Ministre de la Femme, de la Famille et de la solidarité Sociale de la Guinée-Bissau ; Mme Suzi Carla Barbosa, Ministre des Affaires Etrangères, de la Coopération internationale et des Communautés de la Guinée-Bissau ; Mme Amina Priscille Longoh, Ministre de la Femme, de la Famille et de la protection de l'enfance de la République du Tchad et Présidente du Conseil des Ministres du G5 Sahel; M. Emmanuel OHIN, Ambassadeur, Représentant de la Communauté Economique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) en Guinée-Bissau.

S.E. Umaro Sissoco Embaló a souligné l'importance de la participation des femmes dans la vie politique, et socio-economique d'un pays. « Le futur d'un pays ne peut se bâtir sans les femmes. Nous devons travailler tous ensemble pour la paix, la démocratie et le développement », a dit M. Embaló.

Dans son allocution d'ouverture, M. Mahamat Saleh ANNADIF a déclaré que cette journée est une occasion « d'articuler des perspectives pour la région afin de mieux contribuer aux efforts nationaux et régionaux de prévention et de résolution des conflits, et sensibiliser les politiques et programmes pour faciliter la pleine participation des femmes dans tous les processus de paix, de transitions politiques et autres aspects du développement des pays de la région ».

M. ANNADIF a également salué les progrès qui ont été faits dans le cadre de la mise en œuvre des résolutions 1325 (2000) et suivantes en Afrique de l'Ouest et au Sahel, notamment la participation accrue des femmes aux instances de prise de décision et à la vie politique, et l'adoption de lois et mesures pour protéger les femmes et les filles. « Tous ces développements positifs demandent de notre part plus de plaidoyer en faveur de l'application effective des lois sur la violence-basée sur le genre, sur la parité et les quotas votées par la plupart des pays de la région, » a-t-il ajouté.

Au cours de la rencontre, le Président Embaló et M. ANNADIF ont échangé avec les femmes et les jeunes leaders, sur les initiatives nouvelles à mettre en place pour prévenir les conflits et consolider la paix, et les moyens qui permettent d'accélérer la mise en œuvre du programme « Femmes, Paix et Sécurité » en Afrique de l'ouest et au Sahel.

Les femmes et Les jeunes ont présenté leurs doléances aux deux autorités. Ils ont, entre autres, émis leur souhait de voir les Chefs d'Etat accorder leur voix au cours des Sommets pour évoquer des sujets qui les concernent.

Mme Amina Priscille Longoh, a insisté sur la nécessité pour tous les pays de la région de se doter d'un plan d'action national de mise en œuvre de la Résolution 1325. « Il est aussi impérieux pour tous les pays du G5 Sahel de développer et de mettre en œuvre des approches novatrices en étroite collaboration avec leurs partenaires techniques et financiers pour relever les multiples défis qui se posent à la réalisation de la paix et de la sécurité dans la région », a-t-elle déclaré.

En réponse aux préoccupations que les femmes ont exprimées, M. ANNADIF a réitéré l'engagement des Nations Unies à continuer le plaidoyer et à appuyer toutes les initiatives ainsi que les plans d'action en faveur de la mise en œuvre des Résolutions 1325 (2000) et suivantes du Conseil de Sécurité. « Je continuerai à faire le plaidoyer auprès des Etats pour qu'ils s'impliquent et appliquent les lois qui ont été adoptées » a-t-il dit.

Organisées depuis 2010 par UNOWAS, en partenariat avec la Communauté Economique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO), le G5 Sahel, l'Union du Fleuve Mano (UFM), les missions de paix, ONU Femmes et les autres entités des Nations Unies dans la région, les Journées Portes Ouvertes régionale sont un cadre d'échange où les femmes et les jeunes dirigeant(e)s partagent avec les haut responsables de l'ONU et des organisations régionales leurs expériences, leurs inquiétudes et leurs priorités dans le cadre de la mise en œuvre des Résolutions 1325 (2000) et suivantes du Conseil de Sécurité des Nations Unies sur les femmes, la paix et la sécurité.