Guinea-Bissau

Communiqué de la 658ème réunion du CPS sur la situation en République de Guinée-Bissau

Format
News and Press Release
Source
Posted
Originally published
Origin
View original

Le Conseil de paix et de sécurité de l'Union africaine (UA), en sa 658ème réunion, tenue le 13 février 2017, a suivi une communication sur la situation en République de Guinée-Bissau, et a adopté la décision qui suit:

Le Conseil,

  1. Prend note des communications faites par la Commission et le Représentant spécial de la Présidente de la Commission pour la Guinée-Bissau, Ambassadeur Ovidio Manuel Barbosa Pequeno. Le Conseil prend également note de la déclaration du Premier Ministre de la République de Guinée-Bissau, son Excellence M. Umaro Mouktar Cissoko Embalo, ainsi que des déclarations faites par les représentants du Libéria, en sa qualité de Président de l’Autorité de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), du Sénégal, en tant que membre africain du Conseil de sécurité des Nations unies (CSNU), des Nations unies et de l'Union européenne (UE);

  2. Rappelle ses communiqués et communiquées de presse antérieurs sur la situation en Guinée-Bissau, en particulier, le communiqué de presse PSC/PR/BR (DCXXIII), adopté lors de sa 623ème réunion tenue le 8 septembre 2016, appelant au dialogue et au respect de la Constitution de la Guinée-Bissau;

  3. Exprime sa profonde préoccupation face à l'impasse politique persistante et la crise institutionnelle en Guinée-Bissau, marquées par une tension continue entre les dirigeants politiques, qui compromettent gravement les avancées enregistrées depuis les élections législatives et présidentielles de 2014. Le Conseil exprime également sa préoccupation face aux difficultés socio-économiques persistantes que la crise actuelle a entrainées pour le peuple de Guinée-Bissau;

  4. Réitère son appel à toutes les parties prenantes bissau-guinéennes pour qu'elles adhèrent aux dispositions de la Constitution du pays et souligne l'importance de la Feuille de route du 10 septembre 2016 et de l'Accord de Conakry du 14 octobre, comme seuls cadres pour un règlement pacifique de la crise. Le Conseil appelle les parties prenantes bissau-guinéennes à respecter strictement l'Accord et la Feuille de route dans le règlement de leurs différends et des défis auxquels leur pays est confronté. Le Conseil appelle en outre les parties prenantes bissau-guinéennes à s’abstenir de toutes actions et déclarations qui pourraient aggraver les tensions et inciter à la violence;

  5. Exhorte le Président de la République de Guinée-Bissau à assurer le respect des dispositions de l'Accord de Conakry, et appelle les autorités bissau-guinéennes et les autres parties prenantes concernées à prendre toutes les mesures nécessaires en vue de la pleine mise en oeuvre de l'Accord de Conakry, y compris en renforçant le dialogue et en mettant en place un gouvernement inclusif, ainsi qu’en mettant l’intérêt du pays et de son peuple au-dessus de tout autre considération;

  6. Salue la retenue dont ont fait preuve les forces de défense et de sécurité de la Guinée-Bissau, qui, jusqu'à présent, se sont abstenues de s'immiscer dans la crise politique et institutionnelle du pays. A cet égard, le Conseil encourage ces forces à continuer de faire preuve de professionnalisme et de respecter leur mandat constitutionnel;

  7. Réitère l'importance du rôle de la Mission de la CEDEAO en Guinée-Bissau (ECOMIB) dans la stabilisation du pays, et appelle à des efforts conjoints pour mobiliser des ressources financières pour appuyer la poursuite des opérations de l'ECOMIB en Guinée-Bissau. A cet égard, le Conseil se félicite de la volonté de l'UE d'examiner des options pour apporter un appui supplémentaire à la Mission ECOMIB;

  8. Exhorte la CEDEAO à envoyer d'urgence une mission ministérielle en Guinée-Bissau, dans le cadre du mécanisme de suivi de la mise en oeuvre de l'Accord de Conakry, afin d'identifier et de surmonter les obstacles entravant la mise en oeuvre de l'Accord, en vue de promouvoir une solution durable à la crise dans ce pays;

  9. Salue les efforts déployés par la CEDEAO, en particulier à travers sa Présidente en exercice, Président Ellen Johnson Sirleaf, du Libéria, et du médiateur de la CEDEAO, le Président Alpha Conde de Guinée, avec l'appui du Président Ernest Bai Koroma de Sierra Léone. Le Conseil salue également la communauté internationale dans son ensemble, en particulier les Nations unies, l'UE et la Communauté des pays de langue portugaise (CPLP), pour l’appui apporté à la Guinée-Bissau et les exhorte à renforcer leur soutien, afin de permettre aux Bissau-guinéens de relever les défis auxquels ils sont confrontés;

  10. Félicite le Représentant spécial de la Présidente de la Commission en Guinée Bissau, Ambassador Oviedo Manuel Barbosa Pequeno, pour ses efforts inlassables en appui aux acteurs bissau-guinéens et l’encourage à persévérer ;

  11. Demande à la Commission de l’UA de continuer de tenir le Conseil régulièrement informé de la situation en Guinée-Bissau

  12. Décide de rester activement saisi de la situation.