Guinea-Bissau + 4 more

Bulletin d'information No. 617 pour l'Afrique de l'Ouest

Source
Posted
Originally published
NATIONS UNIES
Bureau de coordination des affaires humanitaires
I R I N pour l'Afrique de l'Ouest
Tel: + 225 21-73-54
Fax: + 225 21-63-35
E-mail: irin-wa@irin.ci

LIBERIA: Un militant des droits de l'Homme arrêté par les forces de sécurité

Le directeur d'un groupe de défense des droits de l'enfant à Monrovia a été arrêté mercredi par les forces de sécurité et accusé de sédition, a signalé jeudi à IRIN le Coordinateur National du Centre National des droits de l'Homme (NHRC) au Liberia.

Le directeur de FOCUS, James Torh, a été inculpé à la suite de remarques séditieuses qu'il aurait faites dans une école secondaire de Monrovia au début du mois, a précisé le coordinateur du NCRC, Jappah Nah.

Selon M. Nah, qui lui a rendu visite pendant sa garde à vue, M. Torh a nié avoir fait aucune déclaration séditieuse.

Le NHRC, un collectif de huit organisations de défense des droits de l'Homme dont fait partie FOCUS, "observe le processus attentivement", a déclaré M. Nah. Il a ajouté qu'il espérait que M. Torh serait libéré dans les prochains jours et que les procédures légales seraient respectées.

SIERRA LEONE: Libération des employés de MSF

Deux volontaires de Médecins Sans Frontières (MSF), enlevés voici plus d'une semaine par des rebelles du Front révolutionnaire uni (RUF), dans l'est de la Sierra Leone, ont été libérés sains et saufs, a indiqué jeudi à IRIN une source de MSF à Freetown.

"Ils ont été libérés ce matin, ils vont tout à fait bien et sont en route pour rentrer à Freetown via Daru", a indiqué Jean Cabrol, chef de l'unité d'urgence de MSF. Les deux hommes, un Belge et un Allemand, menaient un projet santé dans le district de Kailahun. Ils étaient détenus depuis mardi dernier.

Le commandant du RUF, Sam Bockarie, qui est basé à Buedu, dans le district de Kailahun, a fait savoir la semaine dernière, par son porte-parole, que les deux hommes avaient été enlevés pour attirer l'attention de la communauté internationale sur son mécontentement par rapport au programme de désarmement et démobilisation.

"Nous ne savons pas pourquoi ils ont été libérés mais nous nous en réjouissons, a déclaré M. Cabrol.

SIERRA LEONE: Les donateurs sont lents à répondre au DDR, selon Saferworld

La moitié à peine des 50 millions de dollars nécessaires pour soutenir le travail du programme de Désarmement, Démobilisation et Réintégration (DDR), en cours en Sierra Leone, a été donnée à ce jour et la réponse de l'UE dans son ensemble s'est révélée "insuffisante", indique cette semaine Saferworld, un groupe de recherche basé à Londres.

"Tous les gouvernements européens devraient soutenir ce travail crucial", déclare Saferworld dans la 16ème édition de son bulletin sur les armes, publié le 15 décembre.

Citant le programme 1997 de l'UE sur le trafic illicite, l'Action commune 1998 de l'UE sur les Armes de Petit Calibre et la Résolution 1999 du Conseil de l'UE sur le Développement, Saferworld rappelle que ce autant de cadres dans lesquels le soutien de l'UE pourrait s'inscrire.

Les gouvernements qui ont apporté leur soutien au programme DDR en Sierra Leone sont ceux du Royaume-Uni, de la Norvège et du Canada, selon Saferworld, un groupe indépendant qui alerte les gouvernements et informe le public sur la nécessité d'une approche plus efficace pour traiter et prévenir les conflits armés dans le monde.

NIGERIA: Le parlement de Kano ajourne le débat sur l'imposition de la Charia

Les législateurs de l'Etat de Kano ont ajourné mercredi un débat sur une proposition d'introduction de la Charia, qui rencontre une opposition croissante parmi les chrétiens et les groupes laïcs du pays.

Selon les médias, le débat, qui devrait reprendre en janvier, a été reporté en raison du décès d'un parent de Alhaji Ado Bayero, l'Emir de l'ancienne ville.

Un membre de l'assemblée, qui a demandé à ne pas être nommé, a déclaré à la presse que le gouverneur de l'Etat de Kano, Rabiu Kwankwaso, et d'autres responsables souhaitaient "calmer le jeu" après que les dignitaires de la minorité chrétienne de Kano se soient déclarés préoccupés par le projet d'imposer la Charia.

Ce projet de loi a été entériné la semaine dernière par une session mixte, à laquelle assistaient le gouverneur Kwankwaso, des membres de l'assemblée, Alhaji Bayero et des dignitaires musulmans, a précisé 'The Guardian'. La troisième et dernière lecture était prévue pour mardi.

En octobre dernier, l'Etat de Zamfara était devenu le premier Etat nigérian à introduire la Charia. En plus de Kano, deux autres Etats du nord, Sokoto et Yobe, ont également lancé une procédure pour introduire le droit musulman.

NIGERIA: Une ONG de défense des femmes condamne l'intégrisme religieux

Les femmes du Nigeria ont manifesté leur opposition aux tentatives de certains Etats d'introduire des lois se présentant comme "musulmanes" ou "chrétiennes".

Baobab pour les droits humains des femmes et 13 autres groupes locaux de défenses des droits humains, qui s'étaient réunis en novembre, se sont élevés contre l'introduction de la Charia dans l'Etat de Zamfara et menacent d'appliquer des lois chrétiennes dans l'Etat de Cross River, au sud-est du pays.

"Ces décisions d'introduire des lois restrictives au nom de la religion sont tout à fait anticonstitutionnelles et leurs clauses violent nos droits", a déclaré la coalition de femmes.

Dans un communiqué publié le 2 novembre, elles ont déclaré que l'interdiction pour les femmes d'utiliser les mêmes transports en commun que les hommes, à Zamfara, était une "atteinte au droit des femmes à la liberté de mouvement et, par voie de conséquence, au droit des femmes à la liberté d'association".

Leurs préoccupations ont reçu le soutien de femmes de pays musulmans qui se sont réunies au Nigeria et ont discuté de "l'islamisation de l'Etat de Zamfara".

Selon Baobab, les restrictions imposées à Zamfara toucheront en priorité les femmes pauvres car celles-ci n'ont pas les moyens de recourir à un transport privé. L'organisation estime également que ce n'est pas en violant les droits des femmes par l'introduction de la Charia que l'on mettra fin à la prostitution, au jeu et autres vices sociaux.

L'ONG a exprimé son indignation devant le fait que les personnes chargées de garantir la protection des droits constitutionnels n'aient rien fait pour protéger ces droits.

"Nous appelons le président, les gouverneurs d'Etat, les ministres fédéraux et des Etats, ainsi que les commissaires à la justice et les procureurs généraux, à se prononcer et à prendre des mesures contre ces actes anticonstitutionnels", a déclaré Ayesha Imam, directeur exécutif de BAOBAB.

SENEGAL: La campagne de vaccination contre la polio dépasse les objectifs

Le Sénégal a obtenu une couverture de 106 pour cent des enfants entre 0 et 5 ans, lors de la seconde phase de la campagne de vaccination contre la polio, qui s'est terminée le 4 décembre, a indiqué jeudi à IRIN une source au bureau de l'Organisation Mondiale de la Santé à Dakar.

Selon cette source, 1,9 million d'enfants ont été vaccinés contre la polio tandis qu'avec la vitamine A, plus de 1,8 millions d'enfants ont été ciblés.

Le même nombre d'enfants était ciblé lors de la première partie de la campagne, du 4 au 5 novembre, au cours de laquelle 1,94 millions d'enfants avaient été vaccinés.

Une évaluation du programme national de vaccination est actuellement en cours, a indiqué la source.

GUINEE BISSAU: Le second tour de l'élection présidentielle fixé au 16 janvier

Le second tour des élections présidentielles de Guinée Bissau aura lieu le 16 janvier, a indiqué jeudi à IRIN une source humanitaire. La date a été annoncée mercredi par le président de la commission électorale du pays, Higino Cardoso, a précisé la source.

Selon cette source, la campagne commencera officiellement le 30 décembre et se terminera le 15 janvier.

Le second tour opposera Kumba Yala du 'Partido de Renovacao Social' (PRS) au Président par intérim, Malam Bacai Sanha, du 'Partido Africano da Independencia da Guine e Cabo Verde' (le PAIGC, qui a dirigé le pays depuis l'indépendance en 1974).

Au premier tour, le 28 novembre dernier, M. Yala avait remporté un peu moins de 39 pour cent des voix contre juste un peu plus de 23 pour cent pour M. Sanha.

Abidjan, le 16 décembre 1999

[FIN]

[Les informations contenues dans ce bulletin vous sont parvenues via IRIN, un département d'informations humanitaires des Nations Unies, mais ne reflètent pas nécessairement les vues des Nations Unies ou de ses agences. Si vous réimprimez, copiez, archivez ou renvoyez ce bulletin, merci de tenir compte de cette réserve. Toute citation ou extrait devrait inclure une référence aux sources originales. Les rapports d'IRIN sont archivés sur internet sous : http://www.reliefweb.int/IRIN ]