Greece + 8 more

Les agences de l’ONU saluent une étape importante : la relocalisation de plus de 1000 demandeurs d’asile en 2020 depuis la Grèce dans le cadre de l’initiative européenne

Format
News and Press Release
Sources
Posted
Originally published
Origin
View original
Une nouvelle vie en Allemagne débute pour un groupe de mineurs non accompagnés et de demandeurs d’asile vulnérables, relocalisés depuis la Grèce. © OIM

Communiqué de presse conjoint OIM/HCR/UNICEF

Athènes, Bruxelles, Genève – Le Gouvernement de la Grèce, l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), l'Agence des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) et le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF) se félicitent, en ce dernier jour de septembre, de la relocalisation de 139 demandeurs d'asile en Allemagne, ce qui porte à plus de 1000 le nombre total de personnes relocalisées en 2020 depuis la Grèce vers des pays membres de l’Union européenne (UE) dans le cadre d’un programme financé par la Commission européenne.

Cette liaison aérienne de relocalisation était la 16ème organisée dans le cadre du programme européen mis en œuvre par l’OIM, le HCR et l’UNICEF en coopération avec le Gouvernement de la Grèce, via la Secrétaire spéciale pour la protection des mineurs non accompagnés, et en étroite collaboration avec le Bureau européen d’appui en matière d’asile (EASO).

Cette année, 1066 demandeurs d’asile au total ont été relocalisés de la Grèce vers l’Allemagne, la Belgique, la Finlande, la France, l’Irlande, le Luxembourg et le Portugal.

Le groupe qui est arrivé à bon port en Allemagne aujourd’hui comprenait des familles comptant des enfants ayant des besoins de santé particuliers et 53 mineurs non accompagnés, dont 37 avaient été transférés en Grèce continentale après les multiples incendies qui ont rasé le centre de réception et d’identification de Moria il y a trois semaines.

« Nous exprimons notre gratitude aux gens qui nous ont aidés en Grèce et nous ne les oublierons jamais. Nous ne parlons pas allemand, mais nous nous efforcerons d’apprendre la langue. Mes frères vivent en Allemagne et je suis enthousiaste à l’idée de les revoir après si longtemps », a déclaré Lina Hussein d’origine syrienne qui voyageait aujourd’hui avec son époux, Osman, et ses fils, Yousef et Mohammad.

Depuis les incendies tragiques à Moria, l’OIM, le HCR et l’UNICEF ont travaillé de concert, avec le soutien financier de la Commission européenne, et sous la direction de la Secrétaire spéciale pour la protection des mineurs non accompagnés et du ministère grec de la Migration et de l’asile pour transférer 724 mineurs non accompagnés des îles jusqu’en Grèce continentale, dans l’attente de leur relocalisation dans d’autres États européens. Tous les enfants ont été logés dans des installations temporaires gérées par l’OIM et d’autres partenaires en Grèce continentale où l’assistance fournie est conforme aux normes européennes.

Depuis son lancement en avril, l’initiative de relocalisation s’est révélé une modalité possible en termes de partage des responsabilités. Les agences des Nations Unies sont encouragées par les expressions de solidarité et les mesures prises par certains États membres pour accueillir de nouveaux demandeurs d’asile et venir en aide aux réfugiés en Grèce en cette époque de difficultés accrues.

« L’étape franchie aujourd’hui illustre combien la coopération entre partenaires peut améliorer la vie des enfants et d’autres personnes vulnérables », a déclaré Ola Henrikson, directeur régional de l’OIM pour l’Espace économique européen (EEE), l’Union européenne (UE) et l’OTAN. « Malgré les difficultés posées par la pandémie de Covid-19, des liaisons aériennes de relocalisation sont organisées presque toutes les semaines. Nous espérons que cet élan pourra être maintenu et amplifié et que davantage d’États européens y participeront bientôt. »

« Après de multiples appels à un meilleur partage des responsabilités en Europe et vu le besoin impérieux de relocaliser des mineurs non accompagnés et d’autres personnes vulnérables depuis la Grèce, nous sommes très heureux de voir la tournure concrète des choses et l’expansion progressive des possibilités », a indiqué Pascale Moreau, directrice du HCR pour l’Europe. « Nous exprimons notre gratitude aux pays concernés et espérons voir d’autres pays suivre cet exemple positif et faire preuve de solidarité à l’égard de la Grèce. »

« La relocalisation de mineurs non accompagnés et d’autres enfants vulnérables reste un aspect important de la protection des droits des enfants réfugiés et migrants », a précisé Afshan Khan, directrice du Bureau régional de l’UNICEF pour l’Europe et l’Asie centrale et coordonnatrice spéciale pour les réfugiés et migrants en Europe. « Ces enfants, dont beaucoup ont fui une pauvreté abjecte et des conflits, ont le droit de vivre en sécurité et de développer leur plein potentiel. »

Avant le départ et après l’apport d’informations récentes, une évaluation de l’intérêt supérieur de l’enfant est réalisée avec le soutien du HCR, de l’EASO, de l’UNICEF et des ONG partenaires pour s’assurer que la relocalisation est appropriée pour ces jeunes, leurs points de vue informés étant pris en compte durant le processus. Parallèlement, des évaluations sanitaires préalables sont réalisées, dont un test de dépistage du Covid-19, conformément aux protocoles établis par la Grèce et les États membres de relocalisation.

À la mi-septembre, près de 4400 mineurs non accompagnés et séparés étaient en attente en Grèce de solutions urgentes et durables à leur situation, notamment grâce à des procédures accélérées d’enregistrement, de regroupement familial et de relocalisation. Ils étaient plus d’un millier à être exposés à de graves risques, dont l’exploitation et la violence, et une vie précaire et sans logement dans des centres urbains.

Les agences des Nations Unies appellent à davantage de solidarité européenne, via les relocalisations, après la proposition d’un nouveau Pacte sur la migration et l’asile par la Commission européenne qui prévoit diverses propositions législatives sur l’approche européenne en matière de migration et d’asile. L’adoption du Pacte constitue une occasion unique pour l’UE de dépasser les solutions ponctuelles de relocalisation en établissant des dispositions prévisibles en vue de relocalisations dans l’espace européen qui produiront des effets à long terme.

Pour de plus amples informations, reportez-vous à la Fiche d’information de l’OIM sur les réinstallations depuis la Grèce

Fiche explicative du HCR sur la réinstallation de mineurs non accompagnés depuis la Grèce : https://data2.unhcr.org/en/documents/details/78746

Pour de plus amples informations, veuillez svp contacter :

OIM

  • Ryan Schroeder, Bureau de l’OIM à Bruxelles, rschroeder@iom.int + 32 492 25 02 34.
  • Christine Nikolaidou, Bureau de l’OIM en Grèce, cnikolaidou@iom.int + 30 6947 833 412
  • Angela Wells, siège de l’OIM à Genève, awells@iom.int +41 79 430 5365
  • Safa Msehli, siège de l’OIM à Genève, smsehli@iom.int +41 79 403 5526

**UNICEF **

  • Olga Siokou–Siova, Bureau de l’UNICEF en Grèce, osiokou-siova@unicef.org +30 211 2340 297,
  • Chulho Hyun, Bureau de l’UNICEF pour l’Europe et l’Asie centrale (Genève), chyun@unicef.org +41 79 643 3452

**HCR   **

  • À Athènes, Stella Nanou, nanou@unhcr.org, +30 6944586037 
  • À Genève, Andrej Mahecic, mahecic@unhcr.org, +41 79 642 9709
  • À Genève, Shabia Mantoo, mantoo@unhcr.org, +41 79 337 7650  
  • À Bruxelles /Affaires européennes, Maeve Patterson, patterso@unhcr.org, +32 470 99 54 35 
  • À Berlin, Chris MELZER, melzer@unhcr.org, +49 151 706 660 13
International Organization for Migration
Copyright © IOM. All rights reserved.