French Polynesia (France)

57 familles sinistrées ont reçu leurs bons en matériaux

Source
Posted
Originally published
Origin
View original

PAPEETE, le 08/02/2017 - Le ministre du logement social, Jean-Christophe Bouissou a procédé mardi à la première remise des bons d'aide en matériaux pour les familles sinistrées lors des intempéries du 22 janvier dernier. Il a ainsi sillonné les communes, allant de Punaauia à Papenoo. Selon le ministre, on dénombre pour le moment 350 familles touchées par ces intempéries.

Mardi après-midi, le ministre du logement social, Jean-Christophe Bouissou a remis 57 bons d'aide en matériaux aux familles sinistrées lors des intempéries du 22 janvier dernier. Le ministre s'est donc rendu à Pirae, Punaauia, Papeete, Arue, Mahina et Papenoo.

Une intervention rapide qui a été félicitée par les tāvana : "Mais cela est dû à une bonne coordination entre les équipes communales et du Pays (OPH, Équipement ou la Direction des Affaires sociales). Tout le monde a travaillé ensemble dans les quartiers pour aller voir, sous la direction des équipes municipales, les familles sinistrées. Et, c'est grâce à cette coordination qu'on est arrivés rapidement à recenser les familles, à établir les devis pour les aides. Et aujourd'hui, grâce au stock que nous avons déjà constitué, nous avons pu amener leurs bons pour que les constructions commencent", souligne Jean-Christophe Bouissou.

Pour l'heure, l'Office polynésien de l'habitat (OPH) recense 350 familles sinistrées. "Nous avons d'ores-et-déjà répondu favorablement à 170 dossiers sur les 350. La semaine prochaine ou en fin de semaine, nous allons tenir une autre commission de secours, et on va faire valider plus d'une centaine de dossiers encore. On peut dire que sur les 15 jours qui viennent, on aura, à la fois, recensé et établi tous les devis de l'ensemble des familles sinistrées en matière de logement", explique le ministre.

L'OPH qui travaille, parallèlement, sur les dossiers des familles ayant totalement perdu leur logement. Mais il "faudra regarder de près, la situation du foncier. Éviter de construire dans les mêmes conditions qu'auparavant. Si le foncier permet d'écarter les familles des rivières, et s'il permet aussi de sécuriser en construisant et en élevant les logements, on le fera. Il vaut mieux ça que de laisser les gens reconstruire à l'identique à proximité des rivières, et retrouver les mêmes cas dans le futur", prévient Jean-Christophe Bouissou.

La reconstruction de logements neufs et les aides en matériaux s'élèveraient à plus de 800 millions de francs. Un budget conséquent mais le ministre assure que les financements sont présents : "nous avons des lignes de crédits sur le budget 2017. Ils étaient destinés à d'autres programmes. Nous allons donc, lors d'un prochain collectif budgétaire, redresser la situation de ces lignes de crédits pour que les programmes puissent se réaliser."

"Nous avons souhaité sortir du cadre du compte d'Aide aux Victimes des Calamités (CAVC). Parce que si nous avions opté pour ce dispositif, et s'il n'avait pas suffisamment de fonds, il aurait fallu provoquer tout de suite une réunion à l'assemblée. Le système, que nous avons mis en place, permet d'être efficace tout de suite, et c'est ce que l'on voit sur le terrain", poursuit le ministre du logement social.

Un collectif qui devrait passer à l'assemblée, selon Jean-Christophe Bouissou, au mois de mars.