Ethiopia + 2 more

Le programme de micro-assurances du PAM verse une indemnisation aux agriculteurs touchés par le phénomène El Niño

Format
News and Press Release
Source
Posted
Originally published
Origin
View original

« Nous plantons. Et si les pluies n’arrivent pas, nous pouvons compter sur cette assurance pour nourrir nos enfants. » - Aïssata, agricultrice à Médina Diakha, Sénégal.

L’actuel épisode du phénomène El Niño, qui a commencé au début de l’année 2015, est un des plus puissants jamais observé et impacte négativement la sécurité alimentaire d’un grand nombre de personnes dans le monde. L’Initiative R4 pour la résilience rurale du Programme alimentaire mondial et d’Oxfam America, aide les agriculteurs à renforcer leur résilience face aux risques croissants avec une assurance-récolte accessible en échange de leur travail. A présent, R4 fournit une assistance à près de 200 000 personnes, afin qu’ils puissent mieux faire face aux effets néfastes du phénomène El Niño.

En raison des sécheresses induites par El Niño en 2015 et en 2016, des indemnisations d’assurance contre les aléas climatiques ont été versées en Ethiopie, au Sénégal et au Malawi. Près de 30 000 agriculteurs et leurs familles, soit 180 000 personnes, ont reçu la somme totale de 445 000 dollars américains.

Aïssata fait partie des 3 334 agriculteurs dans la région de Tambacounda du Sénégal, qui ont reçu une indemnisation au début 2016, en raison de l’impact de la sécheresse sur la saison agricole de 2015. Grâce au mécanisme « Assurance par le travail » (APT), Aïssata a pu souscrire à une micro-assurance ce qui lui a permis de travailler sur les interventions de réduction des risques tel que la conservation de l’eau et des sols, en échange d’une couverture d’assurance. En améliorant la gestion des ressources naturelles, ces actifs peuvent réduire les risques de catastrophe au fil du temps.

Ester Saizi avait confiance qu’elle pouvait dépendre de cette micro-assurance, au cas où elle aurait eu de mauvaises récoltes. Photo © PAM / Phillip Pemba

Ester Saizi fait partie des petits exploitants agricoles vulnérables qui participent au programme de R4 au Malawi. Cette année, Ester a reçu une indemnisation, en même temps que 499 autres agriculteurs qui ont assuré leurs cultures contre la sécheresse à travers R4. Elle a décidé de participer à ce plan d’assurance, après avoir subi plusieurs années de pertes de récoltes en raison de la sécheresse. Une de ces expériences était la période de végétation de 2014-2015, où 2,8 million de personnes se sont trouvées dans une situation d’insécurité alimentaire due aux conditions météorologiques.

Outre cette assurance-récolte, Ester a aussi appris des techniques agricoles de conservation, comme l’utilisation du composte, qu’elle applique désormais pour son champ de maïs. Du fait de l’humidité conservée par le composte, sa récolte de maïs a eu un meilleur rendement, malgré les sécheresses induites par El Niño. L’indemnisation qu’elle a reçue, lui permettra d’acheter de la nourriture pour compléter sa récolte.

Sécurité alimentaire et création des revenus

R4 est un mécanisme de gestion des risques globale lancé par le PAM et Oxfam America en 2011, permettant aux ménages ruraux les plus vulnérables de renforcer leur sécurité alimentaire et leurs revenus, face aux risques climatiques croissants. R4 promeut une gestion améliorée des ressources, par le biais de la création d’actifs ou mise en œuvre de techniques d’agriculture de conservation (réductions des risques), la micro-assurance (transfert de risque), la diversification des moyens de subsistance et le microcrédit (prise de risque calculée) et l’épargne (réserve contre le risque). A présent, 32 000 ménages participent à l’initiative R4, plus de 192 000 personnes y bénéficient en Ethiopie, au Sénégal, au Malawi et en Zambie.

Les indemnisations permettent aux agriculteurs d’acheter de la nourriture durant la saison de soudure, et de rembourser des prêts sans avoir recours à vendre des actifs productifs, tels que le bétail et les outils agricoles. Des agriculteurs ont également utilisé ces indemnisations pour investir dans des moyens de subsistance alternatifs, tels que le petit commerce. Les agriculteurs reconnaissent les limites de cette assurance, puisqu’ils perçoivent l’assurance agricole en dernier recours durant des périodes difficiles.

En Ethiopie, l’année 2015 était marquée par une sécheresse intense touchant une grande partie de la région du Tigré, une perte considérable de rendements agricoles due au début tardif de la saison pluviale et aux fortes vagues de sécheresse au cours de toute la période. Au Sénégal, un début tardif des précipitations a aussi été observé ; cependant, la saison pluviale a continué avec des niveaux de précipitations moyens ou au-dessus de la moyenne vers la fin. Le Malawi a aussi été considérablement touché par El Niño, qui a causé des conditions sèches dans la région de Balaka où l’Initiative R4 est mis à l’essai.

Une réponse aux attentes des agriculteurs

En Ethiopie, des indices anticipés ont déclenché une intervention dans 10 de 12 worédas où R4 est mis en place. L’indemnisation versée aux agriculteurs n’a pas répondu à leurs attentes. Suite à quelques consultations, l’équipe de R4 dans le pays a décidé d’activer le Fonds pour les risques de base. Cela a permis de compléter les indemnisations d’assurance qui s’élevaient à 129 899 dollars américains avec 234 195 dollars américains additionnels, qui ont puis ensuite été versés à 25 773 agriculteurs assurés au Tigré, avec un montant de distribution moyen de 14 dollars américains par ménage. Le développement et la mise en place d’une stratégie pour les risques de base représentent une étape importante vers l’optimisation des assurances fondées sur des indices météorologiques, face aux défis confrontés auparavant.

Au Sénégal, des indices anticipés ont déclenché un versement d’indemnisations dans tous les villages à Tambacounda à l’exception d’un, l’une des trois régions où R4 est implémenté. Cependant, une évaluation sur le terrain avait confirmé que la saison des précipitations dans le village de Woundoudou Amirou était comparable à celle dans d’autres villages dans la région. De ce fait, il a été inclus dans le groupe recevant des indemnisations, qui comprenaient aussi un taux de paiement de 10% pour les risques de base. Au total, 3 334 sur dès 3 621 agriculteurs ont reçu une indemnisation s’élevant à une somme collective de 80 969 dollars américains, soit 24 dollars américains par ménages.

Au Malawi, le plan de micro-assurances de R4 comprend deux volets : un qui couvre la phase de plantation et l’autre qui couvre la phase de floraison. En raison des conditions défavorables induites par le phénomène El Niño, le premier volet a déclenché un versement d’indemnisations à 500 agriculteurs assurés avec une somme collective de 3 195 dollars américains, soit une moyenne de 6,3 dollars américains par ménages.