Ethiopia + 4 more

Le contrôle du paludisme est essentiel pour sauver la vie des enfants africains

Format
News and Press Release
Source
Posted
Originally published
Paris, le 25 avril 2007 - A l'occasion de la journée africaine du paludisme, l'UNICEF appelle à renforcer la lutte contre une des causes majeures de mortalité des enfants en Afrique.

Chaque année le paludisme est responsable de plus d'un million de décès dont plus de 80% en Afrique subsaharienne. La maladie compte pour 18% des décès des moins de 5 ans sur le continent et ceux qui survivent à un épisode sont souvent affaiblis, diminués dans leurs facultés d'apprentissage. Les épisodes récurrents de paludisme chez l'enfant sont synonymes d'absences prolongées de l'école.

«Toutes les 30 secondes, un enfant africain meurt du paludisme, une maladie curable et évitable.» a déclaré Ann M. Veneman, la directrice générale de l'UNICEF. Aujourd'hui, il existe un traitement très efficace, une combinaison à base d'artémisinine (ACT) mais qui reste coûteux pour les pays d'Afrique les plus touchés. En matière de prophylaxie, «L'utilisation correcte d'une moustiquaire à 10 dollars peut permettre de réduire la mortalité des moins de 5 ans de plus de 25%.»

Entre 1999 et 2003, la distribution de moustiquaires imprégnées d'insecticide a été multipliée par 10 en Afrique subsaharienne et les enquêtes menées en 2005 et 2006 devraient montrer des augmentations importantes dans la région. Beaucoup de pays d'Afrique montrent la voie. En matière de distribution de moustiquaires imprégnées, le Malawi, le Rwanda, le Sénégal, le Togo et la Zambie ont fait des progrès pour atteindre les 60% de taux de couverture, cible décidée en 2000 à Abuja au Nigéria lors du Sommet Faire reculer le paludisme.

L'Ethiopie qui compte environ 9 millions de nouveaux cas de paludisme chaque année, est passé de 1,8 million de moustiquaires imprégnées distribuées en 2004 à 8 millions fin 2006. Le gouvernement, l'UNICEF et d'autres partenaires ont maintenant l'objectif de 20 millions de moustiquaires distribuées d'ici la fin de l'année.

«Nous pouvons faciliter le contrôle du paludisme avec des programmes intégrés de santé communautaire,» a déclaré Ann M. Veneman. «Le contrôle du paludisme est essentiel pour aider les pays africains à atteindre les Objectifs du millénaire pour le développement (OMD).»

Les financements pour les moustiquaires imprégnées, pour le dépistage et le traitement du paludisme ont été significativement augmentés au cours des dix dernières années, notamment grâce au Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme, au programme Paludisme du président des Etats-Unis (PMI), à la Banque mondiale, à la Fondation Bill et Melinda Gates.

Informations complémentaires

Ann M. Veneman est membre du conseil d'administration de Malaria No More, qui regroupe des particuliers, des organisations et des entreprises du secteur privé, pour fournir des moustiquaires et d'autres services aux familles qui en ont besoin. Créé en 2006 par des organisations non gouvernementales, Malaria No More fonctionne en partenariat avec le PMI, l'UNICEF, la Croix-rouge américaine, le Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme, Millenium Promise, United Way of America, la Fondation des Nations unies, la Coalition mondiale des entreprises contre le VIH/sida et d'autres.

Malaria No More est en lien étroit avec d'autres partenariats contre le paludisme comme Faire reculer le paludisme, créé par l'UNICEF, l'OMS, le PNUD, la Banque mondiale et d'autres.

L'UNICEF est le plus important fournisseur de moustiquaires imprégnées d'insecticide avec 24 millions distribuées en 2006. Plus de 90% de ces moustiquaires imprégnées d'insecticide ne nécessitent pas de retraitement. Ces moustiquaires sont distribuées aux femmes enceintes et aux jeunes enfants dans le cadre de programmes de santé maternelle et infantile comme les consultations prénatales et la vaccination.

Pour plus d'informations, merci de contacter :

Maud Saheb
Attachée de presse
T. 01 44 39 77 70
P. 06 83 99 05 67

UNICEF France
3, rue Duguay-Trouin 75282 Paris cedex 06
Fax : 01 44 39 77 78