Djibouti + 3 more

Étude qualitative sur la situation des migrants éthiopiens de retour du yémen

Format
Analysis
Source
Posted
Originally published
Origin
View original

Attachments

I. INTRODUCTION

La République de Djibouti est au carrefour de l'une des routes migratoires les plus empruntées et les plus dangereuses au monde. Chaque année, des milliers de migrants en provenance de l’Éthiopie et de la Somalie se rendent à Djibouti ou traversent le pays pour aller vers la péninsule arabique en empruntant ce qu’on appelle désormais la route de l’Est. Au cours de l’année 2019, plus de 215 710 mouvements de migrants majoritairement de nationalité éthiopienne ont été enregistrés aux points de suivi des flux des populations de l’OIM dont 49 059 observés à Obock avant leur départ vers le Yémen.
Les Ethiopiens parcourent des centaines de kilomètres depuis leurs villages d'origine puis progressent à travers la République de Djibouti, avant de traverser le Golfe d’Aden vers le Yémen ravagé par la guerre dans l’espoir de se rendre principalement en Arabie Saoudite.
La carte suivante présente les routes migratoires à travers la République de Djibouti ainsi que les principaux lieux d’embarquement des migrants depuis la République de Djibouti qui sont également les principaux lieux de débarquement des migrants depuis la péninsule arabique.

II. CONTEXTE

En mars 2020, la pandémie de COVID-19 est devenue une urgence de santé internationale. Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), le nombre total de cas confirmés atteignait 28 637 952 au 13 septembre 2020 tandis que 917 417 ont succombé à la maladie. Par ailleurs, le virus a eu un impact conséquent sur la mobilité des personnes tant au niveau régional que global.
Suite à la fermeture des frontières entre l’Arabie Saoudite et le Yémen en Avril 2020, des centaines de migrants venant de la corne de l’Afrique se sont retrouvés bloqués au Yémen. Il y aurait actuellement près de 14,500 migrants, pour la plupart éthiopiens, dans le pays.
Ces derniers ont été transférés par les autorités dans différentes provinces où ils vivent dans des conditions difficiles et sans accès aux services de base. De plus, de nombreux habitants semblent considérer les migrants comme porteurs de COVID-19. La plupart d’entre eux souffrent d’exclusion et sont victimes de violence. Ne pouvant atteindre leur destination finale, de nombreux migrants éthiopiens décident de rentrer chez eux en transitant par la République de Djibouti. Ces derniers utilisent les services de passeurs qui les transportent par le golfe d’Aden vers la République du Djibouti où ils sont débarqués le long de la côte djiboutienne, principalement entre Moulhoulé et Ras Bir dans la région d’Obock

International Organization for Migration
Copyright © IOM. All rights reserved.