Djibouti

Djibouti : Un nouveau financement pour renforcer les services de santé et de nutrition

WASHINGTON, 29 mai 2022—La Banque mondiale a approuvé, le 26 mai, un financement de 19,5 millions de dollars de l’Association internationale de développement (IDA) pour améliorer les services en matière de santé reproductive, maternelle, néonatale, infantile et adolescente et de nutrition pour toute la population de Djibouti, y compris les réfugiés et les communautés d’accueil, et faciliter l’intégration par le gouvernement djiboutien des réfugiés dans le système national de santé.

Malgré les efforts importants déployés par Djibouti pour améliorer la prestation des services de santé, les maladies transmissibles et la malnutrition maternelle et infantile figurent parmi les principales causes de décès, environ 58 enfants sur 1 000 n’atteignant jamais leur cinquième anniversaire. Le taux de mortalité maternelle de 248 pour 100 000 naissances vivantes est près de cinq fois supérieur à la moyenne régionale.

Le projet de renforcement du système de santé de Djibouti vise à améliorer les services de santé nationaux afin de renforcer la résilience des communautés aux risques sanitaires, notamment ceux liés au climat chaud et à l’environnement hostile du pays. Le projet s’appuie sur les réalisations des opérations de santé précédentes et met l’accent sur l’optimisation des services de santé, en particulier pour les plus vulnérables et dans les zones insuffisamment desservies.

« La facilitation de l’accès des femmes et des enfants à de meilleurs services de santé en mettant l’accent sur un système de santé plus solide est une priorité clé et un élément important de notre stratégie de développement, a déclaré Ahmed Robleh Abdilleh, ministre djiboutien de la Santé. Le nouveau projet s’adresse aux communautés les plus vulnérables et celles qui en ont le plus besoin. Le renforcement des capacités de prestation de soins de santé néonatals et infantiles de qualité est essentiel pour réduire la pauvreté à Djibouti. »

Les activités du projet concernent la réhabilitation des établissements de santé, en particulier ceux qui offrent des soins obstétriques et néonatals d’urgence complets, et la création d’incitations à l’amélioration des services de santé à tous les niveaux. Le projet entend également susciter un engagement accru des citoyens et des communautés, renforcer les capacités des institutions essentielles à la santé et à la nutrition maternelles et infantiles, et encourager un changement de comportement positif. Le projet bénéficiera directement aux femmes en âge de procréer, aux adolescentes, aux nouveau-nés et aux enfants de moins de cinq ans.

« Le gouvernement de Djibouti s’est engagé à répondre aux besoins sanitaires croissants de l’ensemble de la population, y compris des réfugiés, a déclaré BoubacarSid Barry, représentant résident de la Banque mondiale à Djibouti. La capacité des établissements de santé à Djibouti est mise à rude épreuve par la COVID19 et les chocs liés au climat qui amplifient les besoins du pays en matière de soins de santé essentiels. La nouvelle opération contribuera à améliorer les soins de la mère, du nouveau-né et de l’enfant, qui sont tous essentiels à une meilleure santé.  »

Le nouveau financement est constitué d’un crédit IDA de 14,5 millions de dollars IDA et d’un don de 5 millions de dollars au titre du guichet d’IDA-19 destiné à appuyer les communautés d'accueil et les réfugiés (WHR). Le dispositif de l’IDA-19 a été créé pour venir en aide aux pays qui accueillent d’importantes populations de réfugiés et vise à répondre aux besoins de développement à long terme de ces deux communautés. La population réfugiée constitue environ 2,3 % de la population de Djibouti, ce qui en fait l’un des pays dont la proportion de réfugiés dans la population est la plus élevée au monde. Environ 70 % des réfugiés de Djibouti sont des femmes et des enfants.

Contacts

Washington
Isabelle Poupaert
ipoupaert@worldbank.org

Djibouti
Kadar Mouhoumed Omar
kmouhoumedomar@worldbank.org