Djibouti

Djibouti: Résultats de l’analyse de la situation de l’insécurité alimentaire aiguë actuelle

Format
Analysis
Source
Posted
Originally published
Origin
View original

Attachments

Principales conclusions et enjeux

La disponibilité alimentaire en République de Djibouti est essentiellement pourvue par des importations, qui représentent plus de 90% des besoins alimentaires. Ainsi, l’accès alimentaire dépend fortement du cours du marché intérieur et extérieur d’une part et de la dynamique des sources de revenus d’autres parts. Le pastoralisme qui constitue la principale source de revenus en milieu rural a sévèrement été frappé par la sécheresse qui a perduré pendant plus de 4 ans. Les familles qui ont perdu leur troupeau ont été contrainte de migrer à proximité des centres urbains sans pour autant accéder aux opportunités des revenus escomptées, ce qui augmente le niveau de pauvreté et le risque d’insécurité alimentaire. Le déficit alimentaire est réduit par la distribution d’aide alimentaire et les efforts de réhabilitation sont encore faibles pour réparer les dégâts causés par la sécheresse. Même si la pauvreté rampante et la sécheresse qui frappe a totalité du pays, certaines localités sont plus fragilisées. La région d’Obock et les zones de moyens d’existence du Nord/Ouest et Sud/Est à très haute dépendance du pastoralisme sont les plus affectées, classées en « Phase III IPC de Crise ». En effet, plus de 50% de ces localités ont une consommation alimentaire pauvre d’après l’enquête EFSA du PAM de juillet 2012, pendant que les taux de malnutrition aiguë des enfants de moins de 5 ans dépassent 10%.