DR Congo

Yohei Sasakawa, Ambassadeur de bonne volonté de l’OMS en visite en RDC, encourage les autorités nationales à intensifier les efforts pour l'élimination de la lèpre dans certains foyers encore actifs.

Source
Posted
Originally published

Attachments

06 avril 2015 | Kinshasa (RDC).  Le Président de la Nippon Foundation, Yohei Sasakawa, également Ambassadeur de bonne volonté de l’OMS pour l’élimination de la lèpre, qui a entamé dimanche 05 avril à Kinshasa, capitale de la RDC, une visite de six jours dans ce pays où subsistent encore des foyers de forte endémicité, a encouragé les autorités de la RDC à la poursuite des efforts afin de surmonter les difficultés qui existent encore sur le chemin de l’élimination totale de la lèpre sur son territoire national.   
‘‘Je voudrais solliciter l’appui et davantage d’implication du Gouvernement de la RDC dans la lutte contre la discrimination et la stigmatisation des personnes atteintes de la lèpre ou celles déjà guéries, a indiqué M. Sasakawa lors de sa rencontre lundi 06 avril 2015 avec le Dr Félix Kabange Numbi, Ministre de la Santé Publique, en présence du Dr Deo Nshimirimana, Représentant ad intérim de l’OMS en RDC.   Le Ministre de la Santé Publique a réitéré l'engagement à un plus haut niveau du Gouvernement de la RDC pour que cette maladie soit éradiquée de la RDC. Un plan d'action de 3 ans pour l'élimination de la lèpre en RDC, chiffré à près de 400. 000 dollars américains a été par ailleurs soumis à la Nippon Foundation pour renforcer cette lutte.  A la tête d’une délégation d’une dizaine de personnes, Yohei Sasakawa a été également reçu au Palais du Peuple, Siège du Parlement de la RDC par M. Aubin Minaku, Président de l’Assemblée Nationale, en présence du Ministre de la Santé Publique, de l'Ambassadeur du Japon en RDC et du Représentant de l'OMS. Le Président de la Nippon Foundation s’est félicité d’avoir transmis un message fort au Président de la Chambre basse du Parlement, selon lequel la lèpre était une maladie guérissable, et qu’avec un traitement précoce, on pouvait éviter les incapacités. ‘‘Le Président de l’Assemblée Nationale s’est engagé à renforcer le plaidoyer auprès des Députés dans le but de parler et sensibiliser la population lors de leurs vacances parlementaires au sujet de la gratuité des médicaments contre la lèpre, afin d'appuyer les efforts de l’élimination de cette maladie infectieuse chronique du sol de la RDC’’, a souligné M. Sasakawa.    

En dépit d’immenses progrès qui ont permis à la RDC d’être parmi les pays ayant atteint le seuil de l’élimination de la lèpre au niveau national depuis le 31 décembre 2007, avec le nombre de cas passant de 6.115  en 2008 à 3.266 cas en 2014, la surveillance de cette maladie reste une priorité en raison de l'apparition permanente de nouveaux cas.

Avec ce taux de détection, la RDC occupe la 5ème place dans le monde et la 2ème en Afrique en termes des pays rapportant plus de 1.000 nouveaux cas de lèpre par an. Actuellement,  plus de 70 zones de santé sont endémiques dont  55 dans 8 anciens districts (futures provinces) se trouvant dans 4 provinces (Bandundu, Equateur, Katanga et Province Orientale).   Pour sa part, le Représentant ad intérim de l’OMS en RDC a vivement remercié l’Ambassadeur de bonne volonté de l’OMS pour son implication personnelle dans l’élimination de la lèpre. ‘‘L’OMS ne ménagera aucun effort pour accompagner les efforts du Gouvernement de la RDC dans la mise en œuvre du plan anti-lépreux qui vous avait été présenté à Bangkok en juillet 2013, lors du sommet international de la lèpre en Thaïlande’’, a souligné le Dr Nshimirimana.   Il est essentiel de rappeler que lors de cette rencontre qui avait réuni des ministres de la santé ainsi que d'autres représentants de 17 pays rapportant plus de 1.000 nouveaux cas de lèpre chaque année, une Déclaration dite de Bangkok avait été adoptée. Celle-ci appelait les pays à réduire le nombre de nouveaux cas de cette maladie fortement handicapante à moins d'un cas pour un million d'ici 2020.  Mardi 07 avril 2015, la délégation conjointe Nippon Foundation- Ministère de la Santé Publique- OMS se rendra dans la Province de l’Equateur, notamment à Bokatola, une localité de la zone de santé d’Ingende située à 144 km de Mbandaka.  Dans ladite zone, la délégation visitera l’un des foyers connu pour son endémicité et où vivent les populations autochtones dans une extrême précarité et dans des zones d’accès difficile, et dont l’essentiel de leurs ressources pour la survie provient de la chasse et de la cueillette. 

Relations Médias: 

Eugene Kabambi | Chargé de Communication | Organisation mondiale de la Santé (OMS) - Kinshasa | Tel: +47-241-39 027 | Mobile: +243-81-715-1697 | Courriel: kabambie@who.int VERSION WEB: http://whodrc-whoafroccmaster.newsweaver.com/drcflyer/z9lkjt21o1k