DR Congo

Évaluation des zones de relocalisation: Territoire de Kalemie, province du Tanganyika, République démocratique du Congo (RDC) - mai 2021

Attachments

Contexte

Entre 2016 et 2020, la province du Tanganyika a été marquée par des tensions intercommunautaires, avec une intensification des violences entre 2016 et 2017. Celles-ci ont entrainé d’importants déplacements, notamment vers le territoire de Kalemie, entraînant la création de sites de déplacés autour de la ville de Kalemie.

Dès 2018, les autorités provinciales ont annoncé leur intention de procéder à la fermeture des sites de déplacés dans le territoire de Kalemie. Trois sites – Lubuye, Katanika et Moni – ont notamment été fermés en [mois] 2018, affectant plus de 25 000 personnes. Depuis lors, la Division des affaires humanitaires (DIVAH) du gouvernement congolais et différents acteurs et structures humanitaires travaillent sur un plan de fermeture des sites visant l’accompagnement des personnes déplacés internes (PDI) qui y vivent et leur intégration dans les zones d’accueil. Dans ce cadre-ci, la matrice de suivi des déplacements (DTM) de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) a conduit des enquêtes d’intentions en septembre 2020 afin d’identifier les localités où ces PDI ont l’intention de se rendre une fois les sites fermés. Les localités principales identifiées par les PDI pour leur retour et/ou réintégration sont situés sur les quatre axes suivants : Lukwangulo, Eliya, Tabac -Mtoa, et Mwaka-Mulange.

Afin de permettre un soutien efficace à la relocalisation des PDI et aux communautés les accueillant, REACH, en collaboration avec le groupe de travail sur la coordination et la gestion des camps (GT CCCM) et l’Inter-Cluster régional (ICR), a effectué une évaluation des quatre axes susmentionnés identifiés comme prioritaires. Cette évaluation visait à cartographier les infrastructures et services sociocommunautaires de base et à identifier l’impact probable d’une pression démographique accrue sur la population résidant dans ces zones, notamment en matière d’accès aux services et de besoins prioritaires.