DR Congo

Troubles à l'Ouest de la RDC : la population hésite à revenir à Dongo et Bozene

Source
Posted
Originally published
Origin
View original
Ecouter les nouvelles

Douze jours après l'entrée des Forces armées congolaises (FARDC) appuyées par la MONUC à Dongo, les habitants qui ont fui cette cité de la province de l'Equateur, au Nord-Ouest de la RDC, théâtre récemment d'affrontements sanglants entre des communautés tribales, hésitent toujours de rentrer au bercail.

Troupes de la FARDC.La population de la localité de Dongo reste campée à Eboko, au Congo Brazzaville. Pendant la journée, certains habitants reviennent pour voir leurs maisons et leurs champs et retraversent la rivière Ubangi. La situation est différente dans la cité voisine de Bozene, toujours dans la province de l'Equateur, o=F9 40 % de la population est de retour, selon le Commissaire du district du Sud-Ubangi. Les organisations de la société civile précisent que moins de 1000 personnes sont revenues à Bozene et que ceux qui sortent de la forêt y rentrent à la tombée de la nuit. Les membres de la société civile accusent les militaires des FARDC déployés sur place, de se livrer à des actes de tracasseries de la population à Bozene. Un témoin rapporte que des militaires congolais ont violé collectivement une fille de 18 ans.

Rappelons que de nombreux civils originaires de la RDC ont fui il y a quelques semaines la province de l'équateur, au Nord-Ouest du pays, en proie à des troubles, pour se réfugier dans le pays voisin, la République du Congo. Le Haut Commissariat de l'ONU pour les refugiés estime à 84.000, le nombre des réfugiés originaires de la RDC qui sont arrivés depuis début novembre au Congo Brazzaville, après l'éruption de violences interethniques entre les tribus Enyele et Munzaya sur un conflit de droits de pêche et d'agriculture.

(Mise en perspective : Jean-Pierre Amisi Ramazani)