DR Congo + 1 more

Transcription de la conférence de presse ONE UN en RDC, le 18 mai 2022 à Kinshasa

Attachments

La conférence de presse des Nations Unies était animée à partir de Kinshasa par Mathias Gillmann, porte-parole de la MONUSCO et coordonnateur du Groupe de communication des Nations Unies.

Porte-parole de la MONUSCO [Mathias Gillmann] : Bonjour à tous, merci aux auditeurs de Radio Okapi et bienvenue dans cette nouvelle conférence de presse des Nations Unies en République démocratique du Congo.

Avec nous aujourd’hui ici à Kinshasa, Aristide Ongone Obame, Représentant de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) en RDC. Nous sommes connectés aussi avec nos bureaux à Goma, Bunia et Beni.

Les Nations Unies en RDC suivent avec le plus grand intérêt les derniers développements liés au processus électoral. Pour la MONUSCO, ce suivi s’aligne sur la demande du Conseil de Sécurité des Nations Unies de faciliter la conduite de processus politiques inclusifs et apaisés.

La révision de la Loi électorale représente l’une des dernières opportunités de renforcer les mécanismes de transparence et de redevabilité susceptibles de garantir des élections de qualité et de restaurer, au moins en partie, la confiance entre les parties prenantes. A ce titre, la Mission salue les efforts du Président de l’Assemblée nationale, Christophe Mboso, tendant à favoriser l’inclusivité de la révision de la Loi électorale.

Les Nations Unies regrettent que l’opposition conditionne sa participation aux travaux à la réouverture d’une décision déjà actée par les institutions du pays ; de même, elles regrettent les tensions politiques et sécuritaires que ces désaccords suscitent et rappellent la nécessité d’observer un maintien de l’ordre respectueux des droits et libertés fondamentaux.

Les Nations Unies regrettent également que, le 12 mai, en plénière, les députés de la majorité se soient prononcés contre la publication des résultats par bureaux de vote ou encore contre des propositions qui garantiraient la présence des femmes sur les listes de candidats.

Adopter une Loi électorale garantissant la transparence et l’inclusivité des élections – à tous les niveaux et toutes les étapes – pour réduire les tensions politiques, institutionnelles et préélectorales et faciliter la préparation des scrutins de 2023, est essentiel et nous encourageons toutes les parties prenantes à faire preuve de flexibilité concernant les moyens d’atteindre ces objectifs.

La MONUSCO reste disposée à soutenir toute initiative constructive et inclusive allant dans le sens de l’unité et de la cohésion nationale.