DR Congo

Transcription de la conférence de presse ONE UN en RDC, le 7 juillet 2021 à Kinshasa

Format
News and Press Release
Source
Posted
Originally published
Origin
View original

Attachments

La conférence de presse des Nations Unies était animée à partir de Kinshasa par Mathias Gillmann, porte-parole de la MONUSCO et coordonnateur du Groupe de communication des Nations Unies.

Porte-parole de la MONUSCO [Mathias Gillmann] : Bonjour à tous, merci aux auditeurs de Radio Okapi et bienvenue dans cette nouvelle conférence de presse des Nations Unies en République démocratique du Congo.

Avec nous depuis Goma : le porte-parole militaire de la Mission ; et à mes côtés ici à Kinshasa, Aziz Thioye, Directeur du Bureau conjoint des Nations Unies aux droits de l’homme. Nous sommes également connectés avec Beni et Bunia.

D’abord, je voulais vous signaler que la Représentante spéciale du Secrétaire général en République démocratique du Congo et Cheffe de la MONUSCO, Bintou Keita, va s’adresser au Conseil de sécurité cette après-midi, à 15 heures, heure de Kinshasa, pour y présenter le dernier rapport du Secrétaire général sur la situation en RDC. Ce rapport est disponible sur le site du Conseil de sécurité des Nations Unies et je vous invite à suivre l’intervention de Madame Keita sur webtv.un.org à 15 heures, cette après-midi, heure de Kinshasa.

Hier, Bintou Keita était à Bujumbura, au Burundi, pour la quatrième réunion des chefs de service de renseignement et de sécurité du Burundi, de la RDC, de l’Ouganda, du Rwanda et de la Tanzanie, en compagnie notamment de l’Envoyé spécial du Secrétaire général pour la région des Grands Lacs. Cette réunion avait pour objectif d’adopter le Plan d’action du Groupe de contact et de coordination. C’est un groupe qui est chargé de coordonner la mise en œuvre des mesures non militaires destinées à compléter les efforts militaires contre les groupes armés.

Cette réunion démontre un élan sur lequel toutes les bonnes volontés doivent capitaliser pour avancer vers des solutions communes, régionales, sur les problèmes qui continuent de toucher particulièrement les populations de l’Est du Congo. Et cet élan devrait aussi permettre de s’attaquer à leurs causes profondes en mutualisant les efforts.