DR Congo

Transcription de la conférence de presse ONE UN en RDC, le 28 octobre 2020 à Kinshasa

Format
News and Press Release
Source
Posted
Originally published
Origin
View original

Attachments

La conférence de presse des Nations Unies était animée à partir de Kinshasa par Mathias Gillmann, porte-parole de la MONUSCO par intérim et coordonnateur du Groupe de communication des Nations Unies.

Porte-parole de la MONUSCO par intérim [Mathias Gillmann] : Bonjour à tous, merci aux auditeurs de Radio Okapi et bienvenue dans cette nouvelle conférence de presse des Nations Unies en République démocratique du Congo.
Avec nous aujourd’hui depuis Goma : le Représentant spécial adjoint du Secrétaire général en RDC, en charge de la protection et des opérations David Gressly, qui est notre invité spécial.

Mais avant de donner la parole à M. Gressly, je voulais vous signaler que les Nations Unies ont lancé en ce mois d’octobre une campagne appelée Marquons la pause pour combattre la désinformation sur les réseaux sociaux concernant particulièrement la pandémie à coronavirus. Ce phénomène des fake news ou infox n’épargne aucun continent ni aucune culture. D’où un appel surtout aux jeunes du continent et de la RDC, de prendre toujours du recul et un temps de pause avant de partager toute information reçue sur les réseaux sociaux. Cette lutte contre les fausses informations concerne évidemment aussi les médias et nous comptons sur vous pour vérifier toute information avant de la diffuser dans le but d’assurer la sérénité et la fiabilité du débat public.

Je voulais également vous signaler que le Bureau terrain de Goma a entamé depuis ce mardi une visite de réponse intégrée à Pinga avec toutes les sections substantives et la force. Il s’agit de mener un certain nombre d'activités visant à renforcer la capacité des autorités locales et des acteurs communautaires à lutter contre les facteurs contribuant à l'insécurité persistante, à prévenir la violence et les violations des droits de l'homme et à apaiser les tensions communautaires.

L’objectif est également de contribuer à la lutte contre l'impunité, en particulier en matière les violences sexuelles mais aussi de renforcer les mécanismes communautaires de protection des civils et d'alerte précoce. Sur place, il est prévu de faire des consultations avec les leaders communautaires sur les défis de la cohabitation pacifique et enfin de mettre à jour la cartographie de la présence et des besoins des autorités locales.

En outre, la section des Affaires civiles a soutenu le 23 octobre l’organisation d’un forum de discussion de la plateforme locale de la société civile Réseau de Plaidoyer et de Protection (RPP) à Kitshanga située dans le territoire de Masisi, autour des mécanismes pour atténuer et prévenir les menaces récurrentes de sécurité et de protection des populations civiles.

Je voulais aussi rapidement, avant de donner la parole à Mr Gressly, vous signaler que l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), le Fonds des Nations Unies pour la population (UNFPA) et l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) ont lancé le projet « Solutions durables pour la cohabitation pacifique entre les communautés Twa et Bantoue dans la province du Tanganyika », c’est un projet qui est financé par le Fonds pour la consolidation de la paix de l’ONU en République démocratique du Congo (RDC).

Suite à l’amélioration de la situation sécuritaire en 2019, près de 625 000 personnes sont retournées dans leurs zones d’origine. Pour accompagner ce retour massif des populations et atténuer les causes structurelles et les séquelles du conflit, le Fonds pour la consolidation de la paix de l’ONU appuie la province du Tanganyika, à travers plusieurs projets de consolidation de la paix et la cohésion sociale.

Enfin aussi le HCR, l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés, a remis aujourd’hui, des équipements médicaux, des stations de lavage des mains, ainsi que des salles rénovées aux autorités sanitaires de deux structures de santé à Kinshasa, dans les communes de Limete et de Lingwala.

Vous le savez à travers le pays, le HCR appuie plusieurs centres de santé ou des déplacés et des refugies internes sont pris en charge mais la en l’occurrence, ce soutient bénéficie aux Kinois, donc je voulais vous le signaler.

Je vois que M. Gressly est avec nous depuis Goma. M. Gressly, merci d’être avec nous aujourd’hui, vous avez la parole, nous vous écoutons.