DR Congo

Transcription de la conférence de presse ONE UN en RDC, le 16 juin 2021 à Kinshasa

Format
News and Press Release
Source
Posted
Originally published
Origin
View original

Attachments

La conférence de presse des Nations Unies était animée à partir de Kinshasa par Mathias Gillmann, porte-parole de la MONUSCO et coordonnateur du Groupe de communication des Nations Unies.

Porte-parole de la MONUSCO [Mathias Gillmann] : Bonjour à tous, merci aux auditeurs de Radio Okapi et bienvenue dans cette nouvelle conférence de presse des Nations Unies en République démocratique du Congo.

Avec nous depuis Goma : le porte-parole militaire de la Mission ; et à mes côtés ici à Kinshasa, Liz Ahua, Représentante régionale du Haut-Commissariat pour les Réfugiés (HCR), en amont de la Journée mondiale du réfugié, qui est célébrée ce weekend, le 20 juin. Nous sommes également connectés avec notre bureau à Beni.

Mais d’abord, je voudrais partager avec vous ce communiqué de la Représentante du Secrétaire général en République démocratique du Congo et Cheffe de la MONUSCO, Bintou Keita, qui condamne la multiplication de messages incitant à la haine, la violence et l’hostilité entre communautés dans plusieurs provinces du pays.

Elle appelle les leaders de tous bords politiques et communautaires à s’abstenir d’utiliser un langage discriminatoire et provocateur sur la base d’affiliations ethniques qui pourrait conduire à davantage de divisions dans la société et, en fin de compte, à la violence.

Cette résurgence survient au moment où la République démocratique du Congo connaît une mobilisation exceptionnelle des forces de défense et de sécurité pour restaurer la paix et la sécurité dans l’est du pays, qui demande un effort de cohésion nationale.

Ces appels à la haine sont particulièrement exacerbés dans le contexte des conflits à l’est de la RDC, sur fond d’affrontements entre groupes armés affiliés aux communautés dans les Hauts-Plateaux du Sud-Kivu, au Nord-Kivu et en Ituri, mais ces appels à la haine ont aussi été notés dans le Katanga, le Maï-Ndombe ou même à Kinshasa.