DR Congo

Transcription de la conférence de presse de la Représentante spéciale du Secrétaire général des Nations Unies en RDC, Leila Zerrougui, le 20 Janvier 2021 à Kinshasa

Format
News and Press Release
Source
Posted
Originally published
Origin
View original

Attachments

La conférence de presse de la Représentante spéciale du Secrétaire général des Nations Unies en RDC, Leila Zerrougui, était modérée par Mathias Gillmann, porte-parole de la MONUSCO.

Porte-parole de la MONUSCO [Mathias Gillmann]. Bonjour à tous, merci de votre présence, merci aux auditeurs de Radio Okapi pour leur fidélité. Merci d’être présents pour la dernière conférence de presse de Mme Leila Zerrougui, en tant que Représentante spéciale du Secrétaire général en République démocratique du Congo et Cheffe de la MONUSCO. Vous le savez, elle sera remplacée par Mme Bintou Keita de la Guinée qui devrait être dans le pays dans quelques semaines. Mais sans plus tarder, je vais donner la parole à Madame Leila Zerrougui et ensuite nous aurons le temps pour quelques questions. Mme Zerrougui, nous vous écoutons.

Représentante spéciale du Secrétaire général des Nations Unies en RDC [Leila Zerrougui] : Merci beaucoup. Merci à vous tous d’être là, c’est un plaisir pour moi de pouvoir vous dire au revoir pas seulement à travers les ondes, mais en étant là avec moi. La même chose pour ceux qui m’écoutent ou ceux qui vont écouter cette conférence.

Ce n’est pas un plaisir après tant d’années dans votre pays de dire au revoir parce qu’on a construit des relations, on s’est attaché à des personnes, mais on s’est attaché aussi à des causes, à des situations et on s’est aussi impliqué dans des processus qui ne sont pas toujours évidents pour un étranger. J’ai eu la chance, j’ai eu le plaisir de travailler avec vous, avec les autorités de ce pays, avec tous les segments qui représentent une nation : société civile, opposition, personnes qui sont dans le pouvoir ou dans les mécanismes ou institutions étatiques. J’ai eu aussi le plaisir de travailler avec vos collègues un peu partout où je passais que ce soit ici à Kinshasa ou dans l’est du pays, où j’ai beaucoup voyagé ces trois ans.

Comme vous le savez, je crois que je l’ai déjà dit : la première fois où j’ai quitté mon pays, c’était pour venir ici en 2008, quand j’étais venue pour travailler pour la première fois dans le maintien de la paix. C’était en RDC et j’ai passé à l’époque quatre ans chez vous. Je suis partie à New York et j’ai continué de suivre votre pays puisque c’était sur mon agenda, et j’ai rendu visite à la RDC deux fois pendant que j’étais là-bas. C’est vraiment une relation assez forte. Parce que je n’ai pas un autre pays dont je peux parler comme je parle de la RDC, où j’ai vécu pendant des années et des années et j’ai rencontré des gens