DR Congo

Solidarités secourt les populations déplacées à l'est de la RD Congo

Source
Posted
Originally published
Suite aux récents affrontements entre l'armée régulière de RD Congo (FARDC) et les forces du général Laurent Nkunda réunies au sein du CNDP (Congrès National pour la Défense du Peuple).autour de Goma et dans l'est du Kivu, plus de 170 000 personnes jetées sur les routes par les combats sont aujourd'hui dispersées sur le territoire du Petit Nord et du Grand Nord Kivu. Ces familles entières nouvellement déplacées étaient pour la plupart déjà dénombrées parmi les 218 600 personnes récemment recensées par la Commission de mouvements de population au Nord Kivu. Elles sont en perpétuel déplacement et sont épuisées par les kilomètres de marche, le manque d'eau et de nourriture, l'insécurité. Elles ont urgemment besoin d'abris, d'aide alimentaire, d'accès à l'eau potable, à l'hygiène et à l'assainissement. Une réponse spécifique aux risques d'épidémie de choléra est par ailleurs indispensable dans ces zones de regroupement connues pour être endémiques.

SOLIDARITES, association d'aide humanitaire internationale qui agit en RDC depuis 8 ans, avec une équipe de près de 70 volontaires expatriés et 790 Congolais, est en phase d'intervention auprès des groupes de personnes les plus vulnérables. Acteurs très actifs dans l'est de la RDC, nos équipes du mécanisme de réponse rapide (RRM) en partenariat avec l'UNICEF et OCHA (Bureau de Coordination des Affaires Humanitaires des Nations Unies), se trouvent sur Beni et Goma. Nos zones d'intervention au Nord-Kivu sont actuellement : Saké, Kibati, Rutshuru, Kanyabanyonga, et la zone de santé de Birambizo.

Sur Sake, une évaluation multisectorielle à débuté lundi 3 novembre. Nous avons observé le retour de populations qui s'étaient déplacées. Notre intervention en assainissement doit commencer dès la fin de la semaine au profit du centre de santé qui accueille les personnes atteintes de choléra.

Sur Kibati, une évaluation multisectorielle est en cours. La construction d'installations sanitaires d'urgence a déjà commencé dans les lieux de regroupement des ménages déplacés. Une enquête de vulnérabilité est en cours pour répondre de manière adaptée aux besoins des arrivants en biens non alimentaires.

Sur Rutshuru, une évaluation multisectorielle est envisagée dès qu'un accès sécurisé sera garanti. En effet, des affrontements sporadiques bloquent de nouveau depuis mardi 04 les voies d'accès à la zone. Aucune estimation précise des ménages n'est connue sur Rutshuru/Kiwanja, des ménages déplacés sont pourtant présents et SOLIDARITES tentera de les atteindre. Parallèlement des projets de renforcements de la capacité en eau et de la desserte en eau de ces deux cités seront mis en œuvre très prochainement par les équipes SOLIDARITES, afin de renforcer la disponibilité structurelle en eau de ces zones d'accueil chroniques de populations déplacées.

A Kanyabayonga, le lundi 03 novembre, les équipes SOLIDARITES ont repris l'approvisionnement en eau potable par camion (entre 80 et 90 m3 d'eau par jour), au profit des populations nouvellement déplacées sur cette zone étant venues grossir les rangs des quelques 3 700 ménages déjà réfugiés dans le sud Lubero et assistés par SOLIDARITES en biens non alimentaires le mois précédent.. Les déplacées de cette zone venaient de Rutshuru, Kiwanja, Rubare, Kako et Kalengera. Une intervention en assainissement et une distribution de biscuits protéinés (BP5) est prévue de débuter en fin de semaine. Une distribution de produits de première nécessité sera envisagée si elle n'expose pas les déplacés à de potentiels pillages.

Enfin, sur la zone de santé de Birambizo, une évaluation multisectorielle débutera, toujours en fonction des conditions sécuritaires, ce vendredi auprès de 15 000 ménages déplacés identifiés. Des interventions en eau, assainissement et distributions de produits de première nécessité seront envisagées dans les prochains jours en fonction des résultats de nos évaluations.

Malgré les difficultés d'accès aux populations, et l'incertitude sur l'évolution de la situation sur le terrain, la priorité des équipes de SOLIDARITES sur le terrain est l'accès aux groupes les plus vulnérables, et la réponse rapide à leurs besoins les plus urgents.

Contact presse : Alain BOINET - 06 82 59 29 07
Constance Decorde 01 80 21 05 91

Pour en savoir plus sur SOLIDARITES : www.solidarites.org
SOLIDARITES - 50 rue Klock 92110 Clichy-la-Garenne
Tel : 01 80 21 05 62 / Fax : 01 80 21 05 99
Courriel : CDecorde@solidarites.org - siren 389 515 180