DR Congo

Situation humanitaire en RDC (Province orientale) - Rapport hebdomadaire du 28 octobre au 03 november 2008

Source
Posted
Originally published
Origin
View original

Attachments

I. CONTEXTE

Les faits saillants en matière de sécurité en Province Orientale

District du Haut-Uélé

Territoire de Dungu

- Importante offensive de LRA au coeur de la cité de Dungu : Au moins 300 rebelles selon les FARDC, (une cinquantaine selon la MONUC) se sont infiltrés à Dungu dans la nuit du 31 octobre au 1er novembre. Le 31, avant d'entrer à Dungu, ils ont d'abord attaqué les villages de Nagonyo (20 km N de Dungu), Kakalika (13 km N de Dungu) et Nakofo (14 km N de Dungu) provoquant un très grand mouvement de population vers la cité de Dungu. D'autres éléments LRA sont arrivés à Dungu par pirogue sur la rivière Dungu pour déboucher derrière le bureau OCHA. C'est à partir de quatre heures du matin qu'ils ont attaqué les positions FARDC et ces derniers se sont battus jusqu'à 8h00 en recourant tant aux armes légères qu'aux armes lourdes. Vers 11h00 les éléments LRA ont tenté de traverser la rivière Kibali pour accéder au quartier Uye situé au sud de la cité en direction de l'Institut Wando o=F9 ils visaient probablement l'internant en vue d'enlever des élèves mais ils ont été contrés par le groupe d'autodéfense. Ils se sont retirés vers la fin de la matinée en amenant une cinquantaine de personnes dont au moins trente enfants pour la plupart des filles. Durant toute la période des affrontements, aucun véhicule de la MONUC n'a été aperçu en ville en vue d'assurer son mandat de protection des populations. Par ailleurs l'attaque sur Dungu a provoqué le déplacement de toute la population de la ville de Dungu (environ 57 000 habitants), en plus des 6000 déplacés qui venaient d'être identifiés par Solidarités/RRM et d'environ 5000 déplacés qui venaient d'entrer dans la ville la veille en provenance de l'axe nord.

- Après l'attaque des rebelles lancée à Dungu ville le 1er novembre, les FARDC ont continué à faire des ratissages dans la ville de Dungu : ainsi, le lendemain, ils ont neutralisé un autre groupe de LRA qui tentait de revenir pour attaquer la ville. Dans la même soirée ils ont mis la main sur un dénommé Kaloma (un jeune qui, en août 2008, s'était évadé après avoir été kidnappé par la LRA) qui a accompagné les LRA à Dungu en leur indiquant les endroits à attaquer. D'après une source officielle, ce jeune disposait des numéros de contact de plusieurs officiers de la LRA et il aurait indiqué que le bureau OCHA était ciblé, ainsi que celui des Milobs (fermé depuis le 25/09) et de la Commission diocésaine Justice et Paix (CDJP) ainsi que quelques commerces. Il a aussi dénoncé ses complices et les FARDC sont à pied d'oeuvre pour les appréhender. D'après un responsable FARDC, lorsque tous les complices seront appréhendés, la menace d'attaque sur Dungu disparaîtra et les populations pourront retourner. De plus, un deuxième dénonciateur travaillant pour le compte de LRA a été appréhendé et remis aux FARDC, le 3 novembre, par les jeunes du groupe d'autodéfense, selon l'Administrateur du territoire. D'autre part, on apprend que les FARDC auraient retrouvé 12 otages à 12 km de Dungu sur la route de Faradje.

District d'Ituri

Territoire d'Irumu

- Un des bastions des miliciens passe sous-contrôle FARDC : Les FARDC ont reconquis le 31 octobre les localités de Bukiringi (85 SO de Bunia) et Tcheyi (120 km S de Bunia), au terme d'une offensive autour de ces localités, les miliciens du FPJC s'étant retirés sans opposer de résistance vers le sud de Tcheyi, et en direction de Ozoba et Semliki. Il est à noter que les autorités n'ont engagé aucune négociation avec le FPJC, telle que souhaitée par les miliciens.

- Selon les FARDC, un hélicoptère non identifié aurait atterri, pour la seconde fois en octobre, dans une localité du sud d'Irumu à 6 km de Bukiringi. Selon certaines sources, il serait venu ravitailler les miliciens de FPJC en armes et munitions.

Territoire de Djugu

- Des rumeurs font état de la présence du major Baraka, ancien de l'Union des Patriotes Congolais (UPC) et de Charif du FPJC, qui seraient en train de recruter les démobilisés dans la région de Libi. A noter que depuis un mois, plusieurs sources rapportent des informations concernant le recrutement régulier de miliciens dans les territoires de Aru, Mahagi et Djugu ainsi que de centres d'entraînement.

Territoire de Mahagi

- Selon les informations rapportées par UNDSS, un ex-policier ougandais a été arrêté par le service des renseignements militaires et se trouve présentement incarcéré dans la prison centrale de Mahagi. Cet ougandais détenait une vieille grenade et une tenue de la police ougandaise.

- Selon des sources locales citées par UNDSS, il y aurait 300 miliciens en formation dans la forêt de Ambo (85 ouest de Mahagi).

Districts de la Tshopo, du Bas-Uele, de Kisangani et environs

- UNDSS/Kisangani a signalé que 11 personnes suspectées comme étant des infiltrés du CNDP ont été arrêtées le samedi 25 octobre à Wanierukula, localité située à environ 54 km de la ville de Kisangani.

UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
To learn more about OCHA's activities, please visit https://www.unocha.org/.