DR Congo

Situation humanitaire en RD Congo: Briefing hebdomadaire à la presse, 27 mai 2009

Attachments

Contexte général

Les attaques des FDLR dans le Sud-Kivu continuent d'emporter des victimes civiles innocentes et d'entraîner des déplacements de milliers de personnes ainsi que des mouvements pendulaires entre les habitations et la brousse. De fait, ces agressions continuent de paupériser chaque jour un peu plus les populations civiles déjà meurtries par des années de conflits armés divers, les maintenant dans un état de précarité et de vulnérabilité toujours plus grand, que ce soit du point de vue physique que psychologique. Les violences sexuelles sont en nette progression depuis quelque temps, en particulier dans le nord de la province du Sud-Kivu. Les incidents sécuritaires contre les humanitaires se poursuivent dans les Kivu : 61 cas depuis le début de l'année, 47 au Nord-Kivu et 14 au Sud-Kivu.

La communauté humanitaire ne cessera de rappeler à toutes les forces sur le terrain qu'elles sont tenues au respect et à la protection des populations civiles et de leurs biens, ainsi que des personnels humanitaires, de leurs équipements et de leurs installations.

Sud-Kivu

Déplacements suite aux attaques de présumés FDLR

- Les populations dispersées dans la forêt le 24 mai suite à une incursion des FDLR ont commencé à regagner les villages de Mulangala, Maziba, Kasirhu, Kahungu et Lwiro, dans le territoire de Kabare. En revanche, les habitants de Kabulungu et Kamakombe, environ 5 000 personnes préfèrent continuer à effectuer des allers et retours, malgré les assurances données par les FARDC.

- Au cours de deux attaques simultanées à Luhago et Ihembe la nuit du 24 au 25 mai, des présumés FDLR ont incendié des maisons et pillé les biens des habitants, provoquant la fuite des populations civiles dans la forêt.

Incident contre les humanitaires

- Un véhicule loué par une ONG internationale a été réquisitionné le 22 mai par les FARDC, malgré le logo d'identification, pour transporter les dépouilles de soldats tombés au cours d'une attaque menée par d'autres éléments de l'armée congolaise à Bugulumiza à proximité du Parc de Kahuzi-Biega. Le chauffeur et le véhicule ont été retenus jusque très tard dans la nuit, et finalement ont été libérés.

Augmentation des violences sexuelles

- Une fillette de trois ans a succombé à ses blessures provoquées par le viol dont elle a été victime par des présumés FDLR. Selon sa mère, ses soeurs âgées de 12, 14 et 17 ans ont toutes été violées au moins une fois par des hommes armés.

- Des données encore partielles font état de 463 viols enregistrés au cours du premier trimestre, soit déjà plus de la moitié des cas notifiés en 2008. La recrudescence des cas coïncide avec le début du déploiement des FARDC dans la province. Les partenaires ont rapporté 103 cas de viols du 1er avril au 14 mai dans le territoire de Kalehe, la zone la plus militarisée du Sud-Kivu.

Poursuite de l'assistance humanitaire

- Protection : Des actions de plaidoyer ont été menées auprès des autorités civiles et militaires, y compris le commandement des opérations Kimia II dans la province du Sud-Kivu. Les mêmes préoccupations sont également régulièrement rappelées à la MONUC.

- Sécurité alimentaire : Le PAM prépare une mission d'évaluation à Shabunda en prévision d'une assistance à quelque 20 000 personnes déplacées dans ce territoire, dont 3 000 à Shabunda centre, 12 500 à Lulingu et 6 500 à Byangama. L'ouverture d'une Base Opérationnelle Temporaire à Lulingu par la MONUC le 7 juin permettra au PAM de faire des évaluations et une enquête de vulnérabilité dans la zone à partir du 8 juin et de superviser des distributions de 350 tonnes de vivres. Une ration pleine de 28 tonnes de biscuits à haute valeur énergétique pour deux semaines sera distribuée pour répondre aux besoins alimentaires immédiats de la population. Vu les difficultés d'accès par route dans la zone, le PAM se prépare à faire venir un hélicoptère pour le transport des personnes et des biens.

- Santé : Le CICR a augmenté ses dons d'intrants médicaux aux structures sanitaires de Bunyakiri o=F9 l'UNICEF prépare également une distribution de médicaments. L'OMS a remis des kits de cholera pour soigner plus de 2 500 malades à Bunyakiri, Minova, Kalehe et Uvira, ainsi que des kits PEP dans toute la province du Sud-Kivu.

Réduction de l'accès aux populations affectées

- De nombreuses actions n'ont pu être menées car elles auraient exposé les populations civiles ou pour des raisons sécuritaires et/ou logistiques : 1) une distribution de vivres et de biens non alimentaires aux déplacés dans la zone de Bunyakiri a été interrompue du fait de la présence massive de FARDC dans la zone ; 2) les contraintes géographiques maintiennent des survivantes de violences sexuelles sans soins sur les Hauts Plateaux de Kalehe ; 3) le PAM a suspendu le prépositionnement de vivres à Bunyakiri suite à l'attaque sur Busurungi les 9 et 10 mai ; 4) une mission d'évaluation de la situation humanitaire dans les Hauts Plateaux de Kalehe vient d'être annulée suite à la dégradation de la situation sécuritaire et 5) l'enregistrement des déplacés effectué à Hombo nord en prévision d'une assistance s'est révélée inutile suite au nouveau déplacement des mêmes populations pour fuir les exactions des FDLR.

Nord-Kivu

Humanitaires victimes d'agressions

- Les acteurs humanitaires continuent d'être victimes de divers actes d'insécurité et de violence qui entravent leurs activités : a) le 15 mai, des éléments des FARDC ont réquisitionné un véhicule de NRC à Kaseghe pour transporter des soldats ; b) le 15 mai, des présumés ADF/NALU ont dépouillé deux agents d'une ONG locale à moto ; c) le 17 mai, des présumés FDLR ont dévalisé le chauffeur d'un véhicule d'OXFAM-GB à 5 km au nord de Kirumba et d) la nuit du 22 au 23 mai, des personnes armées mais en civil ont volé les biens de valeur des personnels expatriés de WORLD VISION à Goma et emporté leur véhicule, retrouvé le lendemain. Suite à ce dernier incident, les humanitaires se sont réunis d'urgence afin d'évaluer la situation et décider des actions à entreprendre pour obtenir des autorités congolaises plus de sécurité.

Alerte précoce

- Les habitants de Butalongola, attaquée par les FDLR la nuit du 8 au 9 mai derniers, commencent à souffrir du manque de nourriture, car ils n'osent plus cultiver leurs champs depuis cette date.

Aide humanitaire

- Le PAM a distribué 1 057 tonnes de vivres la semaine passée dont 220 tonnes pour 13 000 bénéficiaires à Kitsumbiro, 172 tonnes pour 10 000 bénéficiaires à Kanyabayonga, 185 tonnes pour 11 000 bénéficiaires à Kirumba et 43 tonnes pour 2 500 bénéficiaires à Kaseghe, en réponse à la crise dans le Sud Lubero.

- SOLIDARITES a distribué des kits de biens de première nécessité à environ 3 800 ménages déplacés, soit environ 19 000 personnes à Vuyinga, Muhangi, Mabambi et Katanga.

Province Orientale

Assistance après l'attaque à Dungu

- Suite à l'attaque dans la nuit du 23 au 24 mai dans le quartier Bamokandi de Dungu, MSF-CH a distribué le 24 mai des bâches, des savons et des biscuits énergétiques à une cinquantaine de ménages déplacés de Bamokandi qui avaient trouvé refuge dans des lieux découverts. L'UNICEF a mis à disposition des bâches et des biens de première nécessité pour les familles dont les maisons ont été détruites ou incendiées. OXFAM-QUEBEC a effectué une évaluation rapide de la situation des déplacés installés dans des lieux publics afin de connaître leurs besoins. Cette attaque a provoqué le départ d'environ 12 000 personnes vers les quartiers du centre et du sud de la ville. Cependant, suite au déploiement important des FARDC et de la présence de la MONUC, près du tiers de ces personnes a pu revenir. Suite au plaidoyer du HCR et de OCHA, les autorités ont renforcé la présence militaire dans le quartier Bamokandi dès le 24 mai et promis la mise en oeuvre d'un plan de sécurisation de toute la ville.

Lutte contre les violences sexuelles

- Le tribunal militaire de garnison de Kisangani siège en chambre foraine à Lieke Lesole depuis le 24 mai pour juger des Mayi-Mayi du colonel Thoms inculpés de 135 viols commis entre juillet et août 2007.

Largage de vivres par le PAM

- Le PAM poursuit le largage de vivres à Dungu en province Orientale avec trois rotations par jour. Au 25 mai 2009, 154 tonnes de vivres ont été larguées à raison de 14 tonnes par rotation.

Renforcement de la présence humanitaire

- Grâce aux financements de la France et des Etats-Unis, PREMIERE URGENCE va mettre en oeuvre des programmes de sécurité alimentaire (distribution d'intrants agricoles) et de logistique (maintenance des routes).

- La base humanitaire de Dungu est en cours de construction et les travaux pourraient être terminés avant la fin du mois de juillet.

Katanga

Rapatriement de réfugiés congolais

- Le 24 mai 2009, le HCR (Haut Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés) a accueilli à Moba 123 familles de 451 Congolais en provenance de la Zambie. Les partenaires opérationnels du HCR leur ont transmis un message de sensibilisation sur les droits fonciers, les soins primaires et leur gratuité pendant six mois, la gratuité des frais scolaires et l'envoi de tous les enfants à l'école, la procédure à suivre en cas de violation des droits, des notions sur les IST, le VIH/SIDA et les violences sexuelles.

Pour plus d'informations, contacter:

Yvon Edoumou, Chargé de l'Information Publique a.i., OCHA Kinshasa, edoumou@un.org, tél.: +243-99-5901533
Nestor Yombo-Djema, Chargé des Affaires Humanitaires Associé, OCHA Kinshasa, yombodjema@un.org, tél.: +243-99-2906623
Sylvestre Ntumba, Chargé de l'Information Publique Adjoint, OCHA Kinshasa, ntumbamudingayi@un.org, tél.: +243-99-8845386

Toute l'information humanitaire sur la RDC en ligne sur www.rdc-humanitaire.org

Disclaimer

UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
To learn more about OCHA's activities, please visit https://www.unocha.org/.