DR Congo

Sécurité et accès en République démocratique du Congo : mise en place d’une stratégie d’acceptation dans la réponse à l’épidémie d’Ebola

Format
News and Press Release
Source
Posted
Originally published
Origin
View original

by Adelicia Fairbanks

Le personnel intervenant dans la flambée d’Ebola en République démocratique du Congo (RDC) fait face à d’immenses difficultés pour endiguer la propagation de l’infection, parmi lesquelles (et non des moindres) l’insécurité. Insecurity Insight indique qu’entre janvier et novembre 2019, plus de 400 attaques ont été perpétrées contre des acteurs de la réponse, dont des menaces, des enlèvements et des incendies volontaires. Depuis janvier 2019, au moins 20 professionnel·le·s de santé ont été assassiné·e·s+. D’après l’Organisation des Nations Unies (ONU), la majorité des incidents de sécurité touchant le personnel de la réponse à Ebola étaient liés au conflit armé, à la résistance communautaire et aux troubles civils.

Par le passé, les attaques organisées, qui détériorent la sécurité et intensifient la méfiance des membres de la communauté locale à l’égard des acteurs de la réponse, ont coïncidé avec une hausse du nombre de cas d’Ebola et de sa transmission en RDC. Dans un tel contexte, les acteurs de la réponse doivent mettre en place des mesures humanitaires puissantes favorisant la gestion des risques pour la sécurité afin de se protéger et de répondre efficacement à l’épidémie. Malgré tout, les approches stratégiques de gestion des risques pour la sécurité semblent largement absentes de la réponse, en partie parce que les principales organisations intervenant dans la réponse ne reconnaissent pas la RDC comme le théâtre d’une situation d’urgence humanitaire complexe doublée d’une crise sanitaire publique.

Read the full article here