DR Congo

Rutshuru: les humanitaires préoccupés par la découverte des mines anti-char

Format
News and Press Release
Source
Posted
Originally published
Origin
View original

En l’espace d’une semaine, trois mines anti-char ont été découvertes dans le territoire de Rutshuru. Cette situation préoccupe les humanitaires et la population locale. Le gouverneur du Nord-Kivu, Julien Paluku, a encouragé lundi 27 avril les habitants de ce territoire à dénoncer les poseurs de ces engins de mort, mais aussi à rester calme et vaquer à leurs occupations.

La mine anti-char découverte samedi 25 avril a été posée à 4 km de la station de l’Institut congolais pour la conservation de la nature (ICCN) de Rumangabo sur la route menant vers le camp militaire. A en croire les habitants du village Kabaya, un véhicule non identifié, avec à bord des hommes armés était stationné pendant plus d’une trentaine de minutes à l’endroit appelé: «Kimutii», où se trouvait encore lundi 27 avril la mine.

Déjà, les experts anti-mine sont venus marquer l’endroit pour empêcher les populations d’y accéder. Interrogé ce matin à ce sujet, le gouverneur Paluku a appelé les populations à la vigilance, soulignant que les services de sécurité sont à pied d’œuvre pour comprendre la raison de cette situation.

Jeudi dernier, trois agents de Mechem, une entreprise sous-traitante à l’agence UNMAS, qui se rendaient à Rutshuru pour un déminage – après avoir été alertés par les populations sur l’existence d’une mine anti char, ont été enlevés par des inconnus. Ils sont jusque-là entre les mains de leurs ravisseurs. Les humanitaires, quant à eux, ont suspendu momentanément leurs activités sur cet axe.

Radio Okapi
Copyright Radio Okapi