DR Congo

Riposte d’urgence contre la fièvre jaune en RDC : le Ministre de la Santé Publique, les Représentants de l’OMS et de l’UNICEF et leurs partenaires japonais (JICA) visitent les sites de vaccination de Kisenso, à Kinshasa

Source
Posted
Originally published
Origin
View original

KINSHASA, 22 juillet 2016 - Le Ministre de la Santé Publique, le Dr Félix KABANGE NUMBI a tenu à se rendre compte des dispositifs déployés dans les différents sites de vaccination de la zone de santé de Kisenso (Ville-Province de Kinshasa), pour voir comment se déroulent les activités de vaccination contre la fièvre jaune.

Il était accompagné par le Représentant de l’OMS, le Dr Yokouidé ALLARANGAR, celui de l’UNICEF, le Dr Pascal VILLENEUVE, et les responsables de l’Agence japonaise pour la coopération internationale (JICA), en présence du Bourgmestre de la Commune de Kisenso et des autorités de l’Inspection provinciale de la santé (IPS).

Sur le terrain, le Ministre de la Santé Publique a tenu à encourager les équipes de vaccination, les responsables de la zone de santé de Kisenso et l’ensemble de professionnels de la santé, en abordant avec eux des sujets aussi divers que la gestion des vaccins, la fréquence quotidienne de la population dans les sites, la lutte anti-vectorielle, etc.

Au site de vaccination N° 06, les vaccinatrices sont plutôt enthousiastes et de bonne humeur. ‘‘On a commencé à 8h00 ce matin et l’ambiance est très bonne ; j’ai demandé 1000 doses de vaccin, et c’est possible qu’on vaccine jusqu’à 800 personnes aujourd’hui, car hier, au premier jour, nous avons atteint 763 vaccinés’’, se félicite Patience KIESEYE, l’une des vaccinatrices.

L’ensemble de la zone de santé de Kisenso a reçu plus 513. 800 doses de vaccin pour couvrir une population cible de plus 467.236 personnes. ‘‘Nous avons une marge de 10% en vaccins, car nous savons que des personnes d’autres zones limitrophes de Kisenso, telles que Matete et Lemba s’ajoutent à la cible pour bénéficier du vaccin’’, explique pour sa part le Dr Jacques NKONGOLO, Médecin Chef d’Antenne (MCA) de Kin-Centre. ‘‘Pour le Jour 1 de la vaccination, les résultats que nous avons compilés indiquent un total de 66. 892 personnes vaccinées sur les 467. 236 attendues, soit 14,3%,’’ précise pour sa part le Dr Muriel NZAZI, Chef du Bureau provincial de l’OMS à Kinshasa.

Le dispositif sécuritaire pour permettre une meilleure gestion des vaccins autour des sites repose essentiellement sur les 156 agents de l’ordre issus des relais communautaires. ‘‘Il peut y avoir de débordement, mais nous restons vigilants pour que tout se passe en bon ordre et que notre cible vaccinale soit pleinement couverte’’, assure pour sa part le Dr Valentin NDAYE, Médecin Chef de Zone (MCZ) de Kisenso.

Pour atteindre l’objectif de couverture vaccinale nécessaire à l’interruption de la circulation de la fièvre jaune dans cette zone de santé qui en a notifié plus de 80 cas suspects, dont 4 cas confirmés positifs au laboratoire, parmi lesquels deux autochtones depuis la mi-juin 2016, il faut obtenir une couverture de 95 %. ‘‘Il est de la responsabilité de chaque membre de la communauté de se protéger et de protéger sa famille par le vaccin anti amaril (VAA) qui reste la meilleure prévention contre la fièvre jaune’’, a insisté le Dr Yokouidé ALLARANGAR, Représentant de l’OMS en RDC qui s’est également réjoui de l’accompagnement ainsi que de la prise en charge adéquats des professionnels de santé sur place.

Selon lui, ‘‘le niveau de la surveillance épidémiologique, de la sensibilisation des populations, de la lutte anti vectorielle pour le contrôle de cette épidémie de la fièvre jaune doit être toujours maintenu élevé sans relâche, car ce sera grâce à la prise de conscience et des efforts de tous que nous pourrons parvenir à faire partir le virus amaril de la RDC dans les meilleurs délais’’.

NOTE POUR LES REDACTEURS. L’OMS et l’UNICEF ont mobilisé plus de 1,6 millions de dollars US auprès du Fonds central d'intervention d'urgence (CERF) pour le renforcement des activités dans les domaines de la prise en charge clinique des cas de la fièvre jaune, de la surveillance épidémiologique, de la lutte anti-vectorielle, de la communication et de la mobilisation sociale.

L’OMS a mobilisé auprès du Gouvernement japonais un financement de 3 millions de dollars US, dont 2 millions USD pour l’achat des seringues de 0,1 ml (pour la campagne de vaccination préventive) et 1 million USD pour le comblement des gaps (surveillance et détection rapide des cas, lutte anti vectorielle, prise en charge des cas, mobilisation sociale et coordination).

Relations Médias : Eugene Kabambi, kabambie@who.int